ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

238 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2022

La Cour de cassation s'assoit sur les règles internationales du travail

L'arrêt de la Cour de cassation le 11 mai validant le barème Macron encadrant les indemnités pour licenciement injustifié, est à coup sûr une bonne nouvelle... pour le patronat. Et donc une très mauvaise nouvelle pour les salarié.es.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette mesure, destinée à sécuriser le licenciement pour la partie patronale, est inscrite à l'inventaire des pires mesures antisociales du premier quinquennat Macron. Elle avait été contestée par plusieurs organisations syndicales, dont la CGT. Elle plafonne, en cas de condamnation pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, le montant de la réparation pour le ou la salarié.e à un à deux mois de salaire brut pour un an d'ancienneté, trois à six mois pour cinq ans d'ancienneté. 

Résultat, depuis son entrée en vigueur en 2017, le « barème Macron » a accéléré la baisse des procédures devant les prud'hommes déjà entravées et décourageantes compte tenu des délais d'examen. L'effet délétère et dissuasif ne s'est pas fait attendre, puisque l'année suivante, en 2018, le nombre de recours avait chuté de 5,5 % (soit 12 0000 procédures).

Ce qui est inquiétant dans cette décision « catastrophique pour les salarié.es », selon Céline Verzeletti, secrétaire de la CGT, c'est aussi que « la justice française fasse autant fi des normes et des règles internationales ». En effet, il faut se souvenir que si ce mécanisme avait été approuvé par le Conseil d'État et le Conseil constitutionnel, plusieurs conseils de prud’hommes avaient passé outre en estimant qu'il contrevenait à la Convention 158 de l'Organisation internationale du travail. L'OIT ayant prescrit que le tribunal d'un pays doit attribuer une indemnité « adéquate » au salarié.e, c'est-à-dire juger « in concreto ». Cette fois, la Cour de cassation a jugé que ce contrôle « in concreto » créerait « pour les justiciables une incertitude sur la règle de droit applicable » et « porterait atteinte au principe d'égalité des citoyens devant la loi ». Mais depuis quand y a-t-il une symétrie ou une égalité dans les rapports entre travailleurs et employeurs ? Veut-on nous faire croire que dans un licenciement sans cause réelle et sérieuse les intérêts des uns valent ceux des autres ?

Espérant refermer le dossier juridique et pour faire taire les conseils de prud'hommes récalcitrants, la Cour de cassation a en outre écarté la possibilité de déroger « même au cas par cas » à l'application du barème.

Déjà frappée de cécité juridique en 2019, la Cour de cassation avait estimé que la « réforme » était compatible avec la convention de l'OIT. Las, l'organisation des Nations-Unies a récemment donné raison à la CGT en jugeant que le fameux barème risquait de ne pas assurer une réparation adéquate. Il y avait donc, et il y a toujours, matière à combattre ce satané barème et la CGT a promis de « poursuivre la lutte contre le barème et pour les droits des salarié.es » ce d’autant plus que, d’ici quelques semaines, le Comité européen des droits sociaux, également saisi par la CGT, rendra sa décision.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Guerre d’Algérie : la parole aux héritiers
Elles et ils sont petits-fils et petites-filles d’indépendantiste, d’appelé, de harki, de pieds-noirs, de juifs d’Algérie, de militant à l’OAS. 
par Rachida El Azzouzi et Khedidja Zerouali
Journal — Entreprises
Chaos dans les aéroports : le symptôme d’une crise profonde
Alors que les salariés d’Aéroports de Paris entrent en grève, les délais et les annulations dans les aéroports devraient accompagner les voyageurs cet été. Une situation qui est le fruit des impasses d’un modèle dans lequel ce secteur s’est enfermé. 
par Romaric Godin
Journal
Paris rapatrie 16 mères ex-membres de l’État islamique et 35 mineurs détenus en Syrie
La France récupère 51 de ses ressortissants qui étaient détenus dans un camp du nord-est de la Syrie depuis la chute de Daech. Uniquement des femmes, anciennes membres du groupe terroriste et leurs enfants, dont sept orphelins.
par Céline Martelet, Hussam Hammoud et Noé Pignède
Journal — Violences sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel
La vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », accuse l’animateur de « DirtyBiology » de harcèlement sexuel. Il est mis en cause par sept autres femmes pour violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Il « conteste totalement les accusations » relayées à son encontre.
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Macron triomphe au Palais Garnier
Depuis sa réélection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est plongé dans une profonde mélancolie. La perte de majorité absolue à l’Assemblée nationale n’a rien arrangé. Au point qu’il est question d’un « homme en fuite ». Et s’il s’était réfugié, juste à côté, au Palais Garnier ?
par Paul Alliès
Billet de blog
Voilà comment Jupiter a foudroyé Jupiter !
Emmanuel Macron a sans doute retenu la leçon de Phèdre selon laquelle « Jupiter nous a chargé de deux besaces : l’une, remplie de nos fautes, qu’il a placée sur le dos ; l’autre contenant celles d’autrui, qu’il a pendue devant » : les siennes, il les a semées et les sème encore …
par paul report
Billet de blog
RN-LREM : Après le flirt, bientôt un enfant ?
Rassemblement national et Marcheurs ! flirtent juste, pour l’instant. Mais bientôt, ils feront un enfant. Bientôt, le système y verra son issue de secours. Bientôt, se dessinera la fusion du projet « national-autoritaire » et « euro-libéral ». Comment y répondrons-nous ?
par Ruffin François
Billet de blog
par Fred Sochard