Acte 2 : un goût de déjà vu

« Quelque chose ne fonctionne plus dans ce capitalisme qui profite de plus en plus à quelques-uns. Je ne veux plus que nous considérions que le sujet d'ajustement économique et de la dette prévaut sur les droits sociaux », a lancé Emmanuel Macron dans un discours à Genève le 11 juin pour le centenaire de l'Organisation Internationale du Travail.

rifeautheatre

 

A l’instar d’un ex-président de la République de « l’ancien monde » auprès duquel il semble puiser son inspiration, le chef de l’Etat a fustigé les dérives d'un « capitalisme fou » pour mieux faire oublier que c'est sous sa présidence que le pays a connu le mouvement social le plus long de ces dernières décennies.

Evoquant les « gilets jaunes », le chef de l'État a concédé avoir fait une « erreur fondamentale », non de fond mais de méthode. Et comme à son habitude, Emmanuel Macron a fait œuvre de contrition : « Nous avons peut-être parfois construit des bonnes réponses trop loin de nos concitoyens en considérant qu'il y avait des sachants et des subissants ». Il y a tout Macron dans cette sentence, il n'y a rien à jeter dans son programme, il y a juste la méthode qui ne va pas. Macron devrait relire Hugo qui disait que « la forme, c'est le fond qui remonte à la surface ». Les manières de ce président de faire de la politique, de conduire des changements structurants sont méprisantes pour les « corps intermédiaires », brutales, technocratiques, parce que sur le fond, à l'image du modèle de société qu'il construit.

Parmi ces mauvaises manières, il y a celle qui consiste à tenir un discours très social un jour et le lendemain à faire prononcer un discours de politique générale par Edouard Philippe qui tourne précisément le dos au social. La CGT y a vu « un acte de communication, une tentative désuète de pédagogie pour tenter de faire comprendre à celles et ceux qui ne l’auraient toujours pas compris en quoi la politique gouvernementale et les objectifs définis par le président de la République seraient bons et n’appelleraient à aucune réorientation ou inflexion. »

Et de fait, ce qui s'annonce notamment sur les retraites et l'assurance chômage est inacceptable et démontre que l'exécutif n'a tenu aucun compte des aspirations à plus de justice sociale, plus de justice fiscale, plus de démocratie et d’actes forts sur les enjeux environnementaux et de la biodiversité. Ainsi, à la préoccupation salariale, le gouvernement répond par une baisse des impôts sur le revenu d'environ 5 milliards d’euros pour les premières tranches.

Ce qui évidemment pose question quant au financement de l’État et des services publics. On ne voit pas comment on pourrait répondre à l'exigence de services publics de proximité et de qualité en tarissant ainsi les ressources de l'État.


Pompeusement baptisée l'acte 2 du quinquennat, la séquence politique et sociale actuelle n'est donc que la réitération et la poursuite de l'acte 1.

 

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.