ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

214 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mai 2021

Complicité d'évasion fiscale

L'annonce par Joe Biden, de son intention de financer le plan de relance des États-Unis par une augmentation du taux de l’impôt sur les sociétés (IS), qui passerait de 21 % à 28 %, et par l'imposition des bénéfices des multinationales américaines réalisés à l’étranger, a fait couler beaucoup d'encre et de salive des commentateurs ces dernières semaines.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Car plus que les taux d'imposition qui n'ont rien de confiscatoires, ce qui est intéressant dans la démarche du nouveau président américain, c'est de partir de l'idée que la fiscalité est un élément majeur et structurant d'une politique publique de redressement.

L’intérêt de sa proposition est de reconnaître la réalité du problème de l'évasion fiscale et la nécessité de s’y attaquer. Et ce n'est pas innocent, alors même que sur le vieux continent on continue à tergiverser pour s'attaquer frontalement et efficacement aux dispositifs d'optimisation et aux paradis fiscaux qui permettent aux multinationales d'échapper à l'impôt, s'exonérant ainsi de contribuer au bien commun.

La proposition de Joe Biden n'est pas encore une véritable révolution fiscale, mais le président démocrate franchit une étape et délivre un message. Certes, il en faudra beaucoup d'autres, plus volontaristes pour mettre fin aux paradis fiscaux et à l’évasion fiscale. Il faudrait par exemple, ainsi que le propose la CGT des Finances « s’attaquer aux outils que les gouvernements occidentaux ont mis entre les mains des multinationales : les conventions fiscales modèles OCDE et surtout les prix de transferts au sein des multinationales. 60 % des échanges mondiaux ces dernières années étaient internes aux multinationales ! Le but : faire payer très cher des matières premières ou des licences d’utilisations aux entités présentes sur un territoire dont les propriétaires de l’entreprise refusent la fiscalité pour créer artificiellement un déficit ».

Soyons clairs... Ce qui fait le plus défaut de ce côté-ci de l'Atlantique pour faire payer leurs impôts aux multinationales, c'est la volonté politique. On vient encore d'en avoir une désolante manifestation alors qu'un projet de directive européenne sur la transparence fiscale des multinationales est en cours de négociation. Elle viserait à les soumettre à des règles de transparence et de reporting annuel de leur activité réelle dans chaque pays : Quel chiffre d’affaires ? Quel bénéfice ? Combien d’emplois ? Combien d’impôts payés ?

Mais voilà... On a appris par une agence de presse (Contexte) que la position défendue par la France dans la négociation de cette directive, aurait été rédigée par une lobbyiste fiscaliste du Medef.

Le patronat aurait ainsi dicté à Bercy sa revendication de deux dispositions. L'une exemptant les multinationales de publier des informations pendant six ans, tandis que Bruxelles proposait un reporting annuel. L'autre limitant le reporting pays par pays, ce qui ne permet plus évidemment de comprendre et chiffrer les flux entre États.

Dans cette négociation, la France a clairement joué un double-jeu et s'est fait dicter sa position par le grand patronat. C'est d'autant plus préoccupant que le gouvernement comme le Medef sont bien décidés à nous faire payer la facture de la crise sanitaire. Or, la lutte contre la fraude fiscale permettrait rien qu'en France de rapporter entre 80 à 100 milliards d’euros par an dans les caisses de l’État.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua