ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

216 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 avr. 2021

Une solidarité bienvenue comme une éclaircie

En prenant la forme d'une occupation d'une centaine de lieux culturels dans la foulée de celle du théâtre de l'Odéon depuis le 4 mars, la mobilisation des artistes, technicien.nes et intermittent.es du spectacle est d'emblée apparue comme fédératrice.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Nous, occupant.es des lieux de culture, affirmons que notre lutte dépasse les revendications du secteur culturel et appelons à la mobilisation générale contre le projet de réforme de l'assurance chômage », ont proclamé dès les premières heures les occupant.es. Un appel largement entendu.

Partout dans le pays, ces occupations pacifiques sont devenues des agoras démocratiques un peu à la manière des « Nuit debout ». Les intermittent.es y ont été rejoints par des travailleuses et travailleurs de professions sinistrées par la crise sanitaire et la politique du gouvernement. Par exemple, les saisonniers, extras hôteliers, guides conférenciers, intérimaires, en grande partie des jeunes et des étudiant.es. Nombreux.ses sont celles et ceux qui se retrouvent dans les revendications portées par les intermittent.es parce que la réforme de l’Assurance chômage que le gouvernement veut mettre en œuvre au 1er juillet nous concerne toutes et tous et va implacablement pénaliser celles et ceux dont les emplois sont ou seront détruits.

Les estimations on ne peut plus sérieuses et officielles font désormais état d'une baisse des allocations pour au moins 1,7 million de privé.es d'emploi. Les cadres ne sont pas épargné.es avec la dégressivité des allocations chômage. Présentée avec des arguments populistes, cette mesure a un impact sur l’ensemble des privé.es d’emplois : elle contraint, dans une période de récession économique, à accepter n’importe quelle offre, au mépris du niveau de qualification et du salaire précédent et instaure le déclassement en cascade. La solution à une partie des difficultés de l’Assurance chômage se trouve au contraire dans le déplafonnement des cotisations et des allocations, qui, en mettant à contribution les cadres sup. des grandes entreprises permettrait de dégager 700 millions d’euros de recettes supplémentaires chaque année pour l'Assurance chômage. C'est bien dans ces mesures injustes que se fonde l'opposition unanime des centrales syndicales à cette réforme.

Ce mouvement parle à toutes et tous parce qu'il met au centre la garantie des droits sociaux, dont l'accès à une assurance chômage et croise la défense de la culture et la lutte contre la précarité. Parce que, comme l'affirme Denis Gravouil, le dirigeant de la CGT Spectacle occupant l'Odéon, dans un article de Libération, « les deux sont insupportables : le manque de lien social à travers la culture entre autres et la précarité (…) qui va être renforcée si cette réforme de l'Assurance chômage passe ».

Cette semaine, le 23 avril, ce mouvement devrait connaître un nouveau temps fort à l'occasion d'un « vendredi de la colère ». À une semaine du 1er mai, il sera marqué par un appel à des manifestations dans tout le pays « pour l’emploi, une protection sociale à la hauteur, la prolongation des droits de toutes et tous » lancé notamment par plusieurs organisations de la CGT (organismes sociaux, syndicats de l'État, Comité national des privés d'emploi et précaires, de l'intérim, du spectacle, du cinéma, de l'audiovisuel, des journalistes).  

Dans cette période de marasme, ce joyeux mouvement des occupations offre une éclaircie salutaire. Il ne demande qu'à s'amplifier.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
L’action des policiers a causé la mort de Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — France
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77