ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 sept. 2022

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Réforme des retraites : la macronie tentée par une guerre éclair

Qui pouvait encore douter de la volonté d'Emmanuel Macron de mener à son terme la réforme des retraites ? La publication du nouveau rapport du Conseil d’orientation des retraites, jeudi dernier, est venue dramatiser le climat et a permis au gouvernement et aux promoteurs de la réforme de monter au créneau en plaidant l'urgence.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Or, le COR ne dit absolument pas que notre système de retraite est en danger (voir à ce sujet la vidéo réalisée par l'Ugict-CGT). Il est même en excédent technique pour cette année et l'année prochaine, puis déficitaire ensuite, mais sans être en danger. Ce que nous dit le COR, c'est que la part du PIB consacrée aux retraites s'est stabilisée, voire qu'elle va baisser sous les effets des précédentes réformes qui ont toutes contribué à faire baisser le niveau des pensions. Et cela, alors même que le nombre de retraité.es va augmenter. « Il n'y a pas péril en la demeure » résume Régis Mezzasalma, conseiller confédéral de la CGT en charge des retraites. « Le système de retraite français n’est pas équilibré financièrement. Il est même structurellement en déficit », a affirmé au Point le ministre du Travail Olivier Dussopt, plaidant sur le thème : « travailler plus longtemps à l’échelle d’une vie ».

Pas d'urgence donc et surtout rien ne pourrait justifier que le gouvernement et le chef de l'État mènent une blitzkrieg à l'occasion de l'examen du projet de loi de finances de la Sécurité sociale cet automne. Car il semble que ce soit la voie choisie par E. Macron pour imposer le recul de l’âge légal de départ de 62 ans à 64 ou 65 ans, l'allongement de la durée de cotisation pour prétendre à une pension à taux plein, disparition définitive des régimes spéciaux. Quitte à faire adopter ce PLFSS par le 49.3 au mépris de la contestation unanime des organisations syndicales qui ont été reçues lundi 12 septembre au ministère du Travail.

Autrement dit, Emmanuel Macron peut à la fois convoquer son Conseil national de la refondation et amuser la galerie avec des artifices de sa nouvelle méthode de gouvernement et même temps s'asseoir sur les corps intermédiaires et la représentation nationale. Là aussi, qui pouvait lui accorder du crédit alors que son premier mandat n'a pas été autre chose que défiance et mépris pour les organisations syndicales. S'il passe en force comme l'ont laissé entendre ces derniers jours ses ministres, alors la CFDT quittera le CNR a prévenu son secrétaire général.

Dans cette séquence politique, alors que le gouvernement est à la manœuvre, qu'il menace, les forces sociales ne peuvent attendre les arbitrages gouvernementaux sans réagir. Le sujet est trop grave, il vient se conjuguer avec les nouvelles attaques contre l'assurance chômage. Et même si le gouvernement met en avant quelques minces contreparties comme la prise en compte « d’éléments de pénibilité » et un niveau minimal de pension à 1 100 euros, c'est un recul social énorme qui se prépare.

Il est donc essentiel que les syndicats fassent front commun et ne s'en laissent pas conter dans les concertations ouvertes par le gouvernement. Les travailleuses et travailleurs doivent pouvoir s'exprimer à nouveau comme lors de l'hiver 2019-2020 pour mettre cette réforme idéologique en échec. Dans ce contexte, la mobilisation du 29 septembre doit être cette occasion de marquer le rejet de ces reculs et l'exigence d'une retraite à 60 ans avec une pension garantie, représentant au minimum 75 % net du salaire de fin de carrière sans autre condition que d’avoir une carrière complète. Travailler plus longtemps, c'est non ! Car, faut-il le rappeler, l’espérance de vie en bonne santé stagne à 64 ans et seuls 38 % des personnes de plus de 60 ans sont aujourd’hui en emploi.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Recommander (3)

Partager sur Facebook

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda