ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

253 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 avr. 2022

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Retraites : la double imposture de Le Pen

À une semaine du second tour de la présidentielle, alors que le risque de voir l’extrême droite entrer à l’Élysée est bien réel, les manifestations se sont multipliées dans les universités ou dans les rues d’une cinquantaine de villes à l’appel d’une quarantaine d’organisations, dont la CGT.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le danger de l’extrême droite est imminent. Rappelant la différence de nature entre la droite et l’extrême droite, la CGT appelle clairement les salarié.es à battre l’extrême droite. Mais cette fois, il est clair qu'après trois qualifications de l’extrême droite au second tour en 20 ans, et surtout après 5 ans d’une politique service du capitalisme financier, après des conflits durs, notamment contre la réforme des retraites, beaucoup risquent de préférer l’abstention, voire de donner leur voix à Marine Le Pen.

C’est là une responsabilité historique d’Emmanuel Macron qui s’est choisi le duel la candidate RN pour se faire réélire plus facilement en draguant les électeurs de droite. Il a joué avec le feu et la fille à papa dispose d’un réservoir de voix qui pourrait la porter au pouvoir.

« Pour éviter ce scénario catastrophe, la balle est dans le camp d’Emmanuel Macron, affirme la secrétaire générale de la CGT des ingénieurs, cadres et techniciens CGT dans une tribune aux Échos le 20 avril. « Il a la responsabilité de rassembler et de prendre en compte les attentes sociales et environnementales des salarié.es. ». Le chef de l’État s’y est employé dès le lendemain du premier tour, sans véritablement être convaincant, notamment sur le dossier de la réforme des retraites qu’il maintient à son agenda des 100 premiers jours, tout en évoquant un possible référendum. Or, « le report de l’âge de départ en retraite à 64 ou 65 ans représente un chiffon rouge », prévient Sophie Binet dans sa tribune. « Qu’il s’agisse d’allonger la durée de cotisation ou de reporter l’âge d’ouverture des droits, le résultat sera une nouvelle baisse des pensions, car les salarié.es seront toujours plus nombreux à partir à la retraite dans avoir atteint le taux plein. »

La CGT soutient par ailleurs que rien dans les paramètres des régimes n’oblige à faire cette réforme, comme le montrent les chiffres du Conseil d’orientation des retraites. On sait en effet que la part des retraites dans le PIB va baisser d’ici à 2030 du fait de la chute du niveau des pensions. Pour les cadres, alors que la pension représentait 72 % du salaire de fin de carrière en 1990, elle ne représente plus que 67 % aujourd’hui et tombera -s’il n’y a pas de nouvelle réforme - à 51 % du salaire de fin de carrière en 2062.

Emmanuel Macron ne peut soutenir ce recul de l’âge de la retraite à 65 ans alors qu’en face Marine Le Pen prétend de manière totalement démagogique et mensongère le maintenir à 60 ans. Sa proposition relève en effet de l’imposture sociale, car elle pénaliserait celles et ceux qui font des études, qui cotisent plus tard et devraient en plus cotiser plus longtemps. Mais l’imposture est double, car dans le même temps, Marine Le Pen promet de nouvelles exonérations de cotisations sociales pour les employeurs ce qui reviendrait à assécher les ressources des régimes.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec
Journal — Élysée et gouvernement
À Dijon, Macron tente de redonner vie à sa « grande cause »
Le président de la République a profité de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes pour exposer son bilan sur le sujet. Sans lever les doutes sur la faiblesse des moyens et du portage politique de la question au sommet de l’État.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le président turc menace les Kurdes syriens d’une offensive militaire 
À six mois d’une élection présidentielle cruciale, un attentat non revendiqué à Istanbul sert de prétexte au président turc pour lancer une campagne de bombardements dans le nord de la Syrie.
par Zafer Sivrikaya
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement