Contre l'obscurantisme, transmettre, enseigner, éduquer

« Il faut continuer encore à apprendre, pour ne pas qu'ils gagnent. Sinon les terroristes, ils vont gagner, ils vont se dire : "on les a tués, et du coup ils ne veulent plus revenir". Au contraire, faut continuer à venir, faut pas lâcher. »

republique

 

« Ce crime insupportable visait à frapper le droit à la caricature, la liberté d’expression, la laïcité. Face à l’obscurantisme et au terrorisme, l’unité est notre force, comme la mobilisation de toutes et tous pour défendre et réaffirmer nos valeurs fondamentales de démocratie, de liberté et d’égalité », a proclamé la Ligue des droits de l'Homme après l'assassinat vendredi après-midi de Samuel Paty, l'enseignant de Conflans-Sainte-Honorine.

Et c'est bien avec force et détermination que des centaines de milliers de citoyens se sont rassemblés ce dimanche 18 octobre, près de six ans après l’assassinat de l’équipe de Charlie Hebdo. Car c’est de nouveau la liberté d’expression qui est au cœur de ce crime épouvantable commis par un jeune tchétchène de 18 ans. Et c’est de nouveau un intellectuel, animé par ses convictions attaché à la diversité d’opinion et de religion, qui a payé le prix.

Ce crime est insupportable car il touche l'école de la République, le lieu de la construction du citoyen et de sa liberté de conscience, de la formation d’esprits éclairés par la pratique du débat. Cet attentat vise à terroriser les acteurs du service public d’éducation pour les empêcher d'enseigner l'histoire, celle des peuples, des religions, des civilisations, la théorie du Big Bang comme celle de l'évolution de Darwin. Un jeune élève du collège de Samuel Paty l'a d'ailleurs bien résumé : « Il faut continuer encore à apprendre, pour ne pas qu'ils gagnent. Sinon les terroristes, ils vont gagner, ils vont se dire : "on les a tués, et du coup ils ne veulent plus revenir". Au contraire, faut continuer à venir, faut pas lâcher. »

Parce qu'ils sont l'une des premières digues contre l'obscurantisme, les enseignants de l'école publique doivent être défendus bec et ongles. Faute de quoi les théories les plus absurdes, les plus rétrogrades prospéreront. Déjà dans notre pays, un sondage Ifop révélait en 2019 que  9 % des Français estiment qu'il est possible que la Terre soit plate et non pas ronde. N'en rions pas, c'est consternant ! Ce chiffre atteint même 34 %, un tiers des 18-24 ans aux États-Unis qui ont en général un temps d'avance sur les évolutions sociétales de ce côté-ci de l'Atlantique. Une évidence pour Aristote au quatrième siècle avant Jésus-Christ est devenue un mensonge pour des complotistes de tous poils.

Alors oui, l'éducation est un rempart, une digue, mais elle « ne pourra jamais, à elle seule, soigner les fractures d’une société minée par les inégalités sociales et les discriminations. Son rôle d’émancipation collective et individuelle ne pourra s’accomplir vraiment qu’en travaillant à une réelle et profonde transformation de la société sur les bases de la justice sociale et d’une véritable égalité », a assuré la CGT Educ'action après l'assassinat de Samuel Paty. Et le syndicat de rappeler que « sur le terrain, les enseignant.es, dans leur quotidien doivent redoubler d’ingéniosité pour enseigner l’éducation civique, la science et conserver leur liberté pédagogique. Un.e enseignant.e doit pouvoir, dans son enseignement, aborder tous les sujets du programme sans avoir peur pour sa vie ou celle de ses proches. »

Si le moment est encore au recueillement, au deuil et à l'hommage national, viendra le moment moins consensuel où il faudra bien regarder en face l'état de l'école aujourd'hui. Car il ne suffit pas de rendre des hommages de tribune, il faudra aussi donner à l'école les moyens d'être à la hauteur des besoins, des enjeux, des ambitions.

Et c'est là que le dissensus, l'affrontement se jouera entre ceux pour qui l'école ne peut pas tout et doit se concentrer sur les « fondamentaux », lire-écrire-compter et ceux qui défendent une école porteuse du triptyque des valeurs de la République : Liberté, Egalité, Fraternité. Des valeurs autrement plus exigeantes et modernes que les simples compétences jugées indispensables à l'employabilité.

 

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.