ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

233 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 déc. 2021

Macron n'est plus un jeune premier, il a un triste bilan

« Si j'étais candidat, je ne pourrais pas prendre les décisions que je prends, que je dois prendre », a soutenu sans rire Emmanuel Macron lors de son interminable plaidoyer sur TF1 et LCI mercredi dernier. Tout en soulignant que, « d'évidence » il avait « de l'ambition pour le pays au-delà du mois d'avril prochain ».

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Et quelles ambitions ! Rien, pas un mot sur l'écologie, l'environnement, le changement climatique qui ne sont d'évidence pas les préoccupations centrales de l'électorat de droite que drague ouvertement Emmanuel Macron. Mais qui sont des thématiques sur lesquelles se fonde une éco-anxiété qui se diffuse dans la jeunesse.

Durant ces deux heures, le chef de l'État a vanté son bilan sans être candidat, suscitant à juste titre l'ire de ses détracteurs. Dans un exercice déjà vu, il a fait acte de contrition pour se faire pardonner ses écarts, ses boulettes, ses petites phrases et sa morgue de grand bourgeois parvenu.

Cinq ans plus tard, Emmanuel Macron n’est plus le jeune premier de la vie politique française. Il a maintenant un bilan frappé du sceau de l’injustice. Cette séquence de cinq ans s'était ouverte par la fin d'lSF, elle se clôt par la guerre aux chômeurs. Les inégalités se sont amplifiées, les premiers de cordée ont été servis les premiers et se sont empiffrés.

Les plus fragiles, les plus précaires viennent de se voir imposer une réforme de l'assurance chômage honnie de tous les syndicats tant elle est injuste et totalement inutile pour lutter contre le chômage.

Le candidat non déclaré ne fait plus mystère depuis des mois de ses ambitions déjà esquissées il y a quelques semaines. Et même s'il est difficile pour lui de reconnaître que la puissance du mouvement contre sa réforme des retraites a été au moins aussi décisive que la crise sanitaire dans l'abandon provisoire de ce totem, à l'approche de la fin de son mandat, il entend bel et bien mieux défendre un nouveau projet en vue de sa probable candidature en 2022. « Je ne pense pas qu'il faille exactement faire la même réforme que celle qui était envisagée », a-t-il concédé mercredi soir. Exit donc le système « universel » censé remplacer la quarantaine de régimes existants. « Il faut aller vers un système simplifié »," l'objectif étant désormais de viser « grosso modo trois grands régimes », pour les salariés du privé, les fonctionnaires et les travailleurs indépendants. Un scénario qui n'a pas le lustre du neuf puisqu'il est défendu de longue date par des think-tank libéraux comme l'Institut de la protection sociale (IPS) et repris par le patronat. Un plan B qui coupe l'herbe sous le pied de la droite qui ferraille depuis des années pour la fin des régimes spéciaux. De sa réforme emblématique dépouillée de l'idée du régime à points (soutenue dans le champ syndical par la CFDT), ne devrait finalement subsister qu'une réforme paramétrique. Et il y a fort à craindre que le débat de la présidentielle tourne autour du curseur de l'âge de départ que Valérie Pécresse veut pousser à 65 ans quand Zemmour le placerait à 64.

Emmanuel Macron ne renonce à rien de la doxa néolibérale, il s'adapte, mais garde le cap. Il y aura donc besoin de ferrailler, expliquer, débattre dans les mois à venir avec les travailleuses et travailleurs de toutes les catégories professionnelles pour défendre et réformer ce pilier essentiel de notre modèle social.

Il y a fort à parier dans ce contexte que les revendications sociales ne seront pas mises en pause durant la campagne présidentielle. Ainsi, les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidl, MNL, Unef et UNL ont cosigné un appel pour soutenir les actions et mobilisations organisées dans les jours et semaines qui viennent pour exiger des augmentations de salaire et défendre les emplois et conditions de travail. Elles appellent à une mobilisation interprofessionnelle sur les salaires et l’emploi le jeudi 27 janvier 2022.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra
Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana
Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS