ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

239 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2022

Le coup du point d'indice

La question du pouvoir d'achat domine les débats de la présidentielle. C'est le résultat de plusieurs années d'austérité salariale conjuguée à une inflation forte et durable.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Désormais, le gouvernement ne peut s'y soustraire et s'il y a répondu jusqu'à présent par des primes pour sortir de la crise des Gilets jaunes ou des « chèques carburant », il ne peut plus se dérober à la question des salaires. C'est l'un des premiers enseignements que l'on peut tirer de l'annonce du dégel du point d'indice des fonctionnaires par Amélie de Montchalin.

Évidemment, son caractère électoraliste n'a échappé à personne. Mais il n'est pas certain que cette promesse soit suffisante pour effacer cinq années de mauvais traitements sur le service public et de ses agents. On peut même y percevoir un certain cynisme alors même que la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques se refusait lors des derniers rendez-vous salariaux à traiter du point d'indice, déclenchant ainsi la colère unanime des fédérations de fonctionnaires. Ce cynisme a été dénoncé notamment par la CGT Educ'Action, qui rappelle que le gouvernement oppose aux revendications salariales « sa volonté de ne recourir qu’à des augmentations de salaires indemnitaires ciblées, injustes et insuffisantes ». C'est vrai dans l'Éducation nationale, ça l'est aussi dans la santé avec les mesures du Ségur. « Nos organisations se sont toujours opposées à ce refus persistant qui a produit des effets terribles pour les personnels et pour l’attractivité de la fonction publique », ont réagi la CGT, l'Unsa, la FSU, Solidaires, FO, CGC et CFTC de la fonction publique.

Dans un article du Parisien, la ministre de la Transformation et de la Fonction publique a beau assurer que la rupture avec cette rigueur salariale imposée depuis février 2017 « n’est pas une décision politique, mais un amortisseur pour protéger le pouvoir d’achat des fonctionnaires » et des contractuels a été décidée « sur la base de déterminants économiques », on ne peut s'empêcher de faire un lien avec le contexte électoral et aussi avec le front syndical large et constant sur cette question ces derniers mois dans les trois versants de la fonction publique. C'est un changement de pied bien surprenant pour une ministre qui affirmait un mois plus tôt qu’une telle « mesure électoraliste » reviendrait à prendre les agents et leurs organisations syndicales « pour des imbéciles ».

On peut en effet parler de cynisme avec cette annonce gouvernementale in extremis pour une application « avant l'été ». Car c'est d'un chantage dont il s'agit. Il faudrait en effet attendre l'élection d'une nouvelle Assemblée nationale pour que les mesures budgétaires soient votées. Le deal proposé aux fonctionnaires c'est de reconduire Emmanuel Macron et ses amis, leur donner une majorité.

Reste que si le gouvernement se salit en de basses manœuvres, les syndicats sont fondés avec les personnels à faire monter la pression revendicative pour exiger l'ouverture de négociations immédiate. Et la CGT de la Fonction publique rappelle « que la Constitution donne la possibilité́ au gouvernement, par convocation du Parlement actuel en session extraordinaire possible jusqu’au 21 juin, de faire voter les textes budgétaires nécessaires ». Cela tombe bien, les agents du service public qui ont tenu face à la pandémie ont besoin d'une vraie reconnaissance salariale. Pas de promesses.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Recommander (1)

Partager sur Facebook

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin