ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

239 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juin 2021

Quelles digues contre l'extrême droite ?

Tous ceux qui ont participé le 12 juin dernier à pas moins de 140 manifestations en France contre l'extrême droite, contre les lois liberticides du gouvernement, peuvent bien sûr se réjouir que les résultats du premier tour des élections régionales ne valident pas les funestes augures qui depuis des semaines nous annonçaient l'inexorable arrivée du RN à la présidence de plusieurs régions.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

D'une certaine manière oui, il faut se féliciter des piètres résultats de l'extrême droite. Mais peut-on en être quitte alors que l'abstention a encore battu tous les records ? Peut-on, comme s'y sont essayés quelques commentateurs dimanche soir, décréter que le plafond de verre empêchant la fille Le Pen d'accéder au pouvoir fonctionne toujours ? Rien ne serait plus imprudent. Pas plus qu'il ne faudrait se satisfaire que son parti fasse désormais lui aussi, comme les autres les frais de l'abstention.

Cette élection est aussi un échec dans la stratégie de bipolarisation du paysage politique à laquelle se livrent sans vergogne Emmanuel Macron et ses amis pour s'assurer une réélection en 2022. Ils ont tellement saturé le débat politique avec des thèses comme l'insécurité (dont même la police serait victime), l'identité nationale, le danger séparatiste, ou un prétendu islamo-gauchisme, que Marine Le Pen a été contrainte de faire campagne contre les éoliennes... 

Cette bipolarisation artificielle est censée faire oublier un bilan économique et social catastrophique et une furie réformatrice complètement idéologique et hors-sol. L'abstention est un marqueur de la désespérance sociale. Et de ce point de vue, Emmanuel Macron en porte une responsabilité écrasante.

Alors que le pays connaît une vague de plans sociaux, de fermetures d'entreprises, un allongement du chômage de longue durée, il s'obstine à poursuivre sa réforme de l'assurance chômage, contre l'avis de toutes les organisations syndicales. Une réforme qui va durement pénaliser les « permittents » de l'emploi et qui s'attaque à l'indemnisation des cadres pour préparer la dénaturation complète du système d'assurance chômage. Il foule aux pieds la démocratie sociale en n'écoutant que les desiderata patronaux, il persiste à vouloir imposer sa réforme des retraites avant la fin du quinquennat et accélère la mise en pièces du service public.

À l'évidence, l'abstention massive n'est pas la marque d'une adhésion à ces réformes, et il revient aux organisations syndicales et démocratiques de poursuivre sans faiblir, et si possible dans une plus large unité le combat pour le progrès social, la démocratie, les libertés, l'égalité de droits, la solidarité... seules vraies digues contre l'extrême droite.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les documents ultra-confidentiels saisis par le FBI
L’inventaire de la perquisition menée par le FBI au domicile de Donald Trump, en Floride, a été rendu public vendredi. Les agents fédéraux ont saisi dans la villa de l’ancien président plusieurs documents classés top secret et diverses notes, dont l’une concerne Emmanuel Macron. Trump est soupçonné d’avoir mis en danger la sécurité nationale.
par Patricia Neves
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Énergies
Pétrole : les effets « très limités » des sanctions occidentales contre la Russie
Le pétrole est plus que jamais une manne pour Moscou. En dépit des sanctions, la Russie produit et exporte pratiquement autant qu’avant l’invasion de l’Ukraine, selon le rapport de l’Agence internationale de l’énergie, et les prix se sont envolés.  
par Martine Orange
Journal
Projet de loi immigration : des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine