ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

239 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 févr. 2021

Maccarthysme à l'université

Alors que le pays souffre d'une crise sociale et économique consécutive à ses décisions politiques, le gouvernement s'emploie déjà - faute d'un bilan enviable - à faire campagne pour 2022 en se cherchant un nouvel ennemi intérieur.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il s'agit ainsi de préparer le terrain d'un seul duel Macron-Le Pen et positionner le futur candidat Macron en rempart contre deux ennemis : l'extrême droite et « l'islamo-gauchisme ». On en a encore eu l'écœurante démonstration ces derniers jours avec un ministre de l'Intérieur qualifiant la fille Le Pen de « molle », puis avec la traque lancée à « l'islamo-gauchisme » par Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale et sa collègue de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Frédérique Vidal s’est illustrée par des propos stigmatisant la communauté universitaire en reprenant à son compte les thèses de la droite et de l'extrême droite, sur une prétendue emprise de « l’islamo-gauchisme » à l’université. « Ce qu’on observe à l’université, c’est que des gens peuvent utiliser leurs titres et l’aura qu’ils ont. Ils sont minoritaires et certains le font pour porter des idées radicales ou des idées militantes de « l’islamo-gauchisme » en regardant toujours tout par le prisme de leur volonté de diviser, de fracturer, de désigner l’ennemi ». Citant en exemple les études menées sur le post-colonialisme, la ministre réclame « au CNRS de faire une enquête sur l’ensemble des courants de recherche sur ces sujets dans l’université de manière à ce qu’on puisse distinguer de ce qui relève de la recherche académique de ce qui relève justement du militantisme et de l’opinion. »

La réaction de la communauté universitaire et scientifique notamment, est à la hauteur de la provocation. Plus de 600 membres du personnel de l’enseignement supérieur et de la recherche, ont ainsi  dénoncé, dans une tribune au « Monde », la « chasse aux sorcières » menée selon eux par leur ministre de tutelle. Pour les signataires de cette tribune, « l’intention est dévastatrice : il s’agit de ­diffamer une profession et, au-delà, toute une communauté. (...) L’attaque ne se limite d’ailleurs pas à disqualifier, puisqu’elle fait planer la menace d’une répression intellectuelle ».

La réaction de la direction du CNRS à cette instrumentalisation de basse politique n'a hélas pas été tout à fait à la hauteur. Elle s'est en effet livrée à un grand écart déférent vis-à-vis des injonctions ministérielles. Tout en estimant que « l'islamo-gauchisme » « ne correspond à aucune réalité scientifique », il « condamne avec fermeté celles et ceux qui tentent d’en profiter pour remettre en cause la liberté académique, indispensable à la démarche scientifique et à l’avancée des connaissances, ou stigmatiser certaines communautés scientifiques. Le CNRS condamne, en particulier, les tentatives de délégitimation de différents champs de la recherche, comme les études postcoloniales, les études intersectionnelles ou les travaux sur le terme de « race », ou tout autre champ de la connaissance ». Mais il conclut que le CNRS « pourra participer à la production de l’étude souhaitée par la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation visant à apporter un éclairage scientifique sur les champs de recherche concernés ». Cette molle réaction susceptible d'ouvrir la voie à une chasse aux sorcières est inacceptable et le Syndicat national des travailleurs de la recherche scientifique CGT a aussitôt demandé au P.-DG du CNRS  « de ne pas impliquer les agents du CNRS dans cette requête mortifère émanant d’une ministre qui a perdu, depuis longtemps déjà, toute crédibilité auprès de la communauté scientifique.

S'il voulait saturer les médias avec un sujet de diversion, le gouvernement ne pouvait s'y prendre mieux. Car cette tempête déclenchée par Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal a aussi pour objectif de masquer un bilan calamiteux de l'action gouvernementale face à la détresse étudiante et de faire écran à la mise en place de la Loi de programmation de la recherche (LPR), votée à la faveur de la pandémie malgré l’opposition de la majorité des personnels.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr