ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

232 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2018

Le 26 mai, déferlons !

Les « Marées populaires » auxquelles appelle samedi prochain 26 mai une cinquantaine d'organisations, partis politiques, mouvements, collectifs ou associations ont été qualifiées d'« OVNI » par leurs initiateurs lors d'une conférence de presse au siège de la CGT jeudi dernier.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est en effet tout sauf banal de voir toutes ces forces du mouvement social répondre à l'invitation initiale de la Fondation Copernic et d'Attac pour réaffirmer leur soutien aux luttes sociales, tenter de faire reculer le gouvernement et présenter leurs alternatives. « C’est une mobilisation historique, a souligné Willy Pelletier de la Fondation Copernic. Ce que Macron détruit c’est une forme de civilisation. Cette marée populaire va dire à Macron : Les noces du fric et des coups de trique c’est terminé ! »

L’inventaire des motifs de cette mobilisation donne la mesure des chantiers de réformes que l’exécutif et le Medef ont entamé à marche forcée, poursuivant et aggravant des réformes antérieures telle que celle du Code du Travail : « politique d'austérité, destruction des droits des salarié.es, introduction de la sélection à l'entrée de l'université, casse des services publics, aggravation du sort des sans-emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d'accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi répressive contre les migrant.es, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l'information, introduction de l'état d'urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, utilisation de l’égalité femmes-hommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international» : c'est bel et bien face à une urgence sociale absolue que notre pays et ses forces démocratiques, syndicales, associatives sont confrontées. Voilà des mois que se pose la question de la participation et de l’expression du plus grand nombre de citoyens au-delà de ceux qui peuvent participer aux mobilisations comme le feront ce mardi dans l'unité la plus large les fonctionnaires.


Face à cette urgence, à un gouvernement qui revendique sa légitimité à tout réformer au pas de charge, la grève «  par procuration » n'est pas une réponse à la hauteur. Les marées populaires qui vont déferler dans tout le pays vont permettre à chacun de s'exprimer dans des manifestations festives, colorées et joyeuses.


Cette journée est en effet un OVNI car si des militants de partis et de syndicats se mêlent aux mêmes cortèges, il n'est pas de tradition qu'ils appellent ensemble à manifester. Evidemment nombre de commentateurs ne voient dans cette mobilisation qu’un attelage entre la CGT et la France Insoumise. La CGT a expliqué son implication dans cette journée en restant « fidèle à ses principes d'indépendance tout en favorisant l'expression du plus grand nombre de citoyens ».

L’appel des organisations est d’ailleurs explicite sur cette question, précisant : « dans le respect de nos champs d'interventions respectifs, nous voulons aller au-delà de toutes les mobilisations positives qui existent déjà et rassembler toutes les forces sociales, syndicales, associatives, politiques pour construire et réussir ensemble un grand rendez-vous citoyen ». Pour la CGT, « cet appel est complémentaire des autres mobilisations en cours, celles déjà programmées et celles à venir », notamment le conflit en cours à la SNCF, le mouvement dans les universités ou la journée de mobilisation de la fonction publique le 22 mai. « Il s’agit de rassembler la jeunesse, les retraités, les salariés en emploi et hors de l'emploi, les précaires ainsi que toutes celles et ceux qui, solidaires des luttes en cours, ne sont pas encore engagés dans l’action », explique la CGT dans un communiqué.

A en juger par le nombre de manifestations et de collectifs, cette marée risque bien de provoquer du tangage.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement