ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

214 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 août 2017

Il n'aura pas fallu 100 jours...

Difficile de prédire ce que sera la rentrée sociale, mais on peut néanmoins estimer que la situation est potentiellement explosive.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Difficile de prédire ce que sera la rentrée sociale, mais on peut néanmoins estimer que la situation est potentiellement explosive.

D'abord parce que personne n'a osé parler d'un état de grâce dont pourrait bénéficier le chef de l'Etat. La première raison tient au fait que ses scores du premier tour, puis du second tour de la Présidentielle, puis l'abstention record aux législatives ne lui permettent pas de se prévaloir de l'adhésion des Français aux réformes et aux méthodes de ces réformes dont il avait esquissé les contours dans un programme volontairement vague.

Ensuite parce que sa dégringolade rapide dans les enquêtes d'opinion témoignent bien de la profondeur du malaise social. Encore la semaine passée, un sondage Harris Interactive indiquait que plus de six Français sur dix (62%) se disent insatisfaits de l'action d'Emmanuel Macron durant les trois premiers mois de son quinquennat. Sur la réforme du code du travail, les avis sont partagés, avec 46% des personnes interrogées qui s'y disent favorables et 52% d'un avis contraire. Elles sont en revanche majoritairement opposées (63%) à la mise en oeuvre de cette loi par ordonnances, seules 35% s'y déclarant favorables.

Voilà pour les sondages, mais ces dernières semaines ont aussi été marquées par des levers de boucliers qui témoignent, là aussi, d'une forte irritation du corps social. Ce fut le cas lorsque le gouvernement a annoncé qu'il voulait s'attaquer aux aides aux logement et c'est encore le cas avec l'annonce de la suppression d'une grande partie des emplois aidés. Tout cela alors que dans le même temps, les bonnes nouvelles fiscales continuent à tomber pour les plus riches et que le Medef applaudit et en redemande.

Il n'aura donc pas fallu 100 jours pour que les Français fassent l'amère constat qu'on veut leur imposer une réforme du code du travail qu'ils ont jusque là rejeté dans des proportions important (autour de 70% durant des mois même après la fin du conflit du printemps 2016). Il n'aura pas fallu très longtemps non plus pour que cette majorité opportuniste soit elle aussi secouée par des scandales peu ragoutants.

Rien ne se fera spontanément et la CGT, comme son Ugict savent qu'il y a fort à faire pour que le 12 septembre rassemble puissamment afin d'exiger un code du travail du 21ème siècle, protecteur et moderne.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN