ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

246 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 nov. 2021

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Pour que demain nous appartienne

« Rien n'est écrit d'avance » affirmait la CGT de l'encadrement lors de son congrès de Perpignan en mars 2018. Un slogan qui colle tellement bien à la peau de celles et ceux qui luttent pour changer le monde, pour préserver ce qu'il a de meilleur et conquérir de nouveaux droits, gagner l'égalité.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parce que si tout était plié, si la messe était dite, le syndicalisme n'aurait pas de raison d'être. Et parce que rien n'était écrit d'avance, nous avons fait reculer Emmanuel Macron par les mobilisations sur une réforme phare de son quinquennat : celle des retraites. Et parce que rien n'est gravé dans le marbre, nous savons qu'il n'a pas encore renoncé, qu'il nous faudra encore ferrailler dans les mois à venir.

Jour après jour, d'allocutions en petites phrases, le chef de l'Etat dessine finalement un monde d'après semblable sinon pire que le monde d'avant. Et avec le patronat, dont il sert les intérêts, ils prétendent continuer à s'appuyer sur l'encadrement pour transformer le travail du reste du salariat et expérimentent sur cette catégorie les dérégulations du marché du travail et du système de protection sociale. « Vecteurs et victimes des transformations, les Ingés, Cadres, Techs et Agents de maîtrise (ICTAM) sont un enjeu stratégique » pour le capital, réaffirme l'Ugict-CGT dans son projet de document d'orientation qui sera débattu lors de son 19e congrès cette semaine à Rennes.

Et parce qu'ils occupent cette place spécifique, mais pas à part, dans le salariat, la question de la syndicalisation de ces travailleuses et travailleurs qualifiés et en responsabilité est déterminante pour les combats à venir. « Isolé par le Wall Street management, l’encadrement est enfermé dans l’alternative mortifère « se soumettre ou se démettre », martèle l'Ugict-CGT qui entend au contraire renforcer la CGT parmi ces catégories que le patronat ne peut plus considérer comme acquises par essence au prêchi-prêcha néolibéral.

En effet, de baromètres en questionnaires réalisés par la CGT de l'encadrement ces dernières années, les cadres et les professions intermédiaires disent leur aspiration à travailler et vivre autrement. Plus féminisées, rajeunies, ces catégories ne veulent plus tout sacrifier à leur carrière professionnelle. Et dans la période que nous traversons où se sont enchainées crise financière, crise environnementale et crise sanitaire, la recherche du « sens » du travail est devenue leitmotiv. Parfois dans une douleur qu'on a peine à concevoir quand des soignants jettent la blouse et fuient l'hôpital.

Implanter la CGT là où elle n'existe pas, la renforcer et développer l'activité syndicale spécifique en partant du travail et des aspirations de ces travailleuses et travailleurs, sont des enjeux décisifs dont vont débattre cette semaine les ingénieurs, cadres, techniciens et agents de maîtrise CGT lors de ce 19e congrès de l'Ugict. Cette fois, ils affirment : « le monde de demain nous appartient » et entendent « ouvrir des alternatives sociales et environnementales, montrer un syndicalisme qui permet le plein exercice du professionnalisme et des responsabilités, qui se bat pour la reconnaissance et le paiement des qualifications, et qui répond aux problèmes concrets et immédiats ».

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost