ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

209 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 déc. 2019

Macron joue le pourrissement

La surdité de l'exécutif aux questions sociales, le mépris d'Emmanuel Macron et de son gouvernement pour les « corps intermédiaires » et le dialogue social sont encore une fois les seuls responsables du blocage du pays et des galères vécues par les usagers privés de transports ou gênés dans leurs déplacements.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Ils ont eu beau ces derniers jours s'en prendre à la CGT -et curieusement à elle seule ou presque- en l'accusant de tout refuser sans faire aucune proposition, rien n'y fait, les Français continuent de soutenir un mouvement auquel hélas beaucoup ne se sentent pas le droit ou la possibilité de participer.

Après 18 jours de grève, l'exécutif reste ferme et botte en touche vers les négociations avec les syndicats, lesquels sont sortis insatisfaits des bilatérales et de la multilatérale chez Edouard Philippe la semaine dernière. La trêve de Noël dans les transports qu'Emmanuel Macron a appelée de ses voeux n'aura donc pas lieu et le trafic RATP et SNCF restera très perturbé. Laurent Pietraszewski, le remplaçant au pied-lever de jean-Paul Delevoye a eu beau estimer dans le Journal du dimanche que les propositions mises sur la table à la SNCF et la RATP, « doivent permettre de reprendre le travail », rien n'y fait. Le nouveau secrétaire d'Etat aux Retraites écarte d'emblée certaines revendications des syndicats favorables à la réforme, sur la pénibilité ou la hausse des cotisations. Résultat, même les cheminots CFDT sont restés insensibles au souhait émis par Laurent Berger d'une trêve des confiseurs. Preuve si besoin des tensions internes à la centrale.


Cette séquence sociale appelle à se souvenir qu'il y a un an le même président refusait ostensiblement d'entendre la colère des Gilets jaunes. Les spécialistes autoproclamés du social et autres chiens de garde de la pensée libérale exonéraient l'exécutif en plaidant que le mouvement n'avait pas de tête, pas de représentants et des revendications floues.

Un an plus tard, face à un mouvement parfaitement identifié, animé par des syndicats, c'est la même surdité, les mêmes manœuvres de division, les mêmes éléments de langage qui tiennent lieu de réponse politique. Le mépris pour les organisations syndicales s'est encore illustré jeudi dernier à Matignon où les organisations syndicales « représentatives » (ayant obtenu plus de 8% aux élections professionnelles, c'est à dire la CGT, CFDT, FO, CFE-CGC et CFTC) étaient invitées à une rencontre multilatérale. Mais l’Unsa, non-représentative mais favorable à un système de retraites par points était également conviée, contrairement à la FSU ou Solidaires, membres de l'intersyndicale en lutte contre le projet du gouvernement.

L'exécutif n'aime pas les syndicats, il le montre chaque jour. Confronté à cette contestation dure et puissante de sa politique le gouvernement fait montre d'un cynisme qui frise l'irresponsabilité. Il essaie de contourner la grève du secteur des transports en prenant un arrêté qui permet aux chauffeurs de transport routier de voyageurs de rouler 2 heures de plus par jour jusqu’au 24 décembre. Au mépris de la santé et de la sécurité de tous.


C'est bien Macron qui a choisi le calendrier de la réforme en pariant cyniquement que le blocage du dialogue social allait conduire au blocage du pays qui se retournerait contre les syndicats. Vieilles ficelles, politique d'un autre âge, cynisme de grand bourgeois qui n'hésite plus à noyer les colères sociales dans le rideau de fumée des éléments de langage et la fumée des lacrymogènes.


La grève se poursuit donc avec des séquences de mobilisation qui vont ponctuer les fêtes de fin d'année et une nouvelle journée de mobilisation et de grève est prévue par l'intersyndicale le 9 janvier prochain.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot