ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

207 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2020

Violences sexistes et sexuelles : il y a urgence à protéger les télétravailleuses

À l’occasion du 25 novembre, journée mondiale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, l’Ugict-CGT, dans le cadre du travail engagé par la CGT sur le sujet, publie un guide pour accompagner l’encadrement dans la mise en place d’un environnement non sexiste.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En cent pages, le guide donne un état des lieux précis des violences sexistes et sexuelles au travail et leur définition juridique, propose des mesures à mettre en place pour les prévenir, et donne des conseils pour savoir comment réagir et accueillir la parole d’une victime. Un outil concret et opérationnel pour permettre à l’encadrement d’exercer pleinement ses responsabilités professionnelles, et d’être « professionnellement engagé et socialement responsable ».

Des mesures concrètes à mettre en place pour protéger les télétravailleuses

 La CGT et son Ugict demandent donc, dans le cadre de la négociation interprofessionnelle comme dans les accords d’entreprise sur le télétravail, la mise en place de mesures pour prévenir les violences et protéger les victimes.  Notamment la mise en place d’un dispositif de signalement des violences, d’une information systématique de tou·te·s les salarié·e·s (heure annuelle de sensibilisation et remise d’une brochure complète), d’une formation de l’encadrement à la détection de ces violences, intégrant le harcèlement sexuel en ligne et les violences intrafamiliales, ainsi qu'une communication de l’employeur auprès des clients/usagers rappelant systématiquement les règles de communication non violente et l’interdiction du sexisme, du racisme et de l’homophobie, et le droit pour les représentant·e·s du personnel de pouvoir communiquer avec l’ensemble des télétravailleu.r.se.s  par le biais de la messagerie professionnelle.

Nous demandons tout particulièrement une protection pour les victimes de violences conjugales : interdiction du licenciement et droit immédiat au retour au travail sur site ou au télétravail dans un tiers lieu, droit à 15 jours d’absence rémunérées pour mener ses démarches, à la mobilité géographique et/ou fonctionnelle.   

Premières victimes du confinement : les femmes

 Les chiffres le démontrent, le confinement fait exploser les plaintes pour violences. Le développement du télétravail expose particulièrement les salarié·e·s à cette augmentation des violences pour différentes raisons parce que le domicile devient le lieu de travail, et que les salariées peuvent être victimes de violences intrafamiliales sur leur lieu de travail, parce que le télétravail isole, renforce les phénomènes d’emprise et invisibilise les signaux d’alarme qui auraient pu permettre aux collègues, aux représentant·e·s du personnel ou à l’encadrement d’aider la victime et enfin parce que le télétravail expose à du harcèlement sexuel ou moral en ligne, de la part de salarié·e·s, de client·e·s ou d’usagers.

Guide à consulter ici : http://www.ugict.cgt.fr/publications/guides/prevenir-les-violences-sexistes-et-sexuelles-au-travail

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO