ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

215 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juin 2017

Une loi Travail XXL

Ce n'est pas une très bonne nouvelle pour le président Macron : Les salariés sont majoritairement (56 %) hostiles à son projet de réduire les cotisations salariales en contrepartie d'une augmentation de la CSG.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Loi Travail c'est toujours Non !

 C'est un sondage BVA publié vendredi 23 juin qui nous l'apprend corroborant l'idée que le vote des Français au premier, comme au second tour de la présidentielle ne lui a pas donné un blanc-seing et ne vaut pas adhésion à son programme. Et c'est sans doute parce qu'il ne l'ignore pas qu'il biaise et enfume l'opinion tandis qu'il prépare les lois d'habilitation qui lui permettront de casser le Code du Travail par ordonnances. En cela, il ne renouvelle absolument pas la manière de gouverner. Là où ses prédécesseurs organisaient des grand-messes, des conférences sociales, lui et son gouvernement juxtaposent 48 réunions en prétendant impressionner par l'ampleur du dialogue social.

Dans cette séquence, la CGT a été reçue pour une deuxième et ultime heure de discussion avec au menu, la primauté de l’accord d’entreprise sur les conventions collectives et le contrat de travail. Et toujours sans que le gouvernement fasse connaître ses intentions en mettant un texte sur la table.

Et c'est encore par une fuite dans la presse, que l'on a pu découvrir le projet de loi d’habilitation transmis au Conseil d'Etat le 14 juin. Il comporte neuf articles, portant notamment sur des planchers et plafonds « obligatoires » des indemnités prud'homales, une « simplification » du compte pénibilité et le recours au CDI de projet.

Ce projet d'habilitation à réformer le Code du travail par ordonnances sera examiné en Conseil des ministres le 28 juin. Le gouvernement jure qu'il s'agit d'un cadre de discussion mais à propos du CDI de projet, le Premier ministre Edouard Philippe a estimé que l'extension à d'autres branches d'un contrat de projet ou « de chantier » existant déjà dans le BTP était « une bonne discussion à avoir » avec les partenaires sociaux.

L'idée n'est sans doute pas de lui car on se souvient que lors des réformes du travail de 2013 et 2015, le Medef avait systématiquement porté cette idée, dont on voit bien les dangers pour les ingénieurs, cadres et techniciens qui pourraient être embauchés au gré des projets.

En complément, vous pouvez lire sur notre site une analyse du projet que Macron veut imposer et le décryptage des 8 ordonnances du gouvernement.

Mardi 29 janvier suivez le grand live d'éducation populaire sur la loi travail : Loi Travail On vous dit tout ! organisé par Loi Travail non merci !

par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Migrations
« On a dérivé huit jours en mer » : dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim
Journal — Europe
Boris Johnson et le « partygate » : un scandale qui en cache de plus graves
Le chef du gouvernement britannique se démène pour éviter un vote de défiance contre lui. Au-delà de fêtes clandestines organisées en plein confinement, d’autres affaires ont terni sa réputation depuis deux ans, et montrent l’emprise du secteur privé sur sa politique.
par Ludovic Lamant
Journal
Après un mois de débats, l’Autriche se dirige vers l’obligation vaccinale
Le Parlement, qui a reçu 110 000 contributions citoyennes, a commencé lundi l’examen du projet de loi introduisant la vaccination obligatoire générale. Le texte devrait être voté dans la semaine et entrer en vigueur en février, malgré les nombreuses réserves qu’il suscite. 
par Vianey Lorin

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille