ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

239 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juin 2022

Macron confirme vouloir nous faire « travailler plus longtemps »

Parce qu'Emmanuel Macron est privé d'une majorité absolue à l'Assemblée, les commentaires sont allés bon train depuis les résultats des législatives et certains se sont risqués à parier sur un enterrement définitif de la réforme des retraites.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mais c'était sans compter sur la volonté du chef de l'État de mener à son terme ce chantier mis entre parenthèses par la puissante mobilisation sociale et par la pandémie. Ainsi, Emmanuel Macron a-t-il confirmé dans un entretien à l'AFP que la réforme des retraites reste à l'agenda. Il annonce que « les transformations à venir ne seront financées ni par plus d'impôts, ni par plus de dette, mais par davantage de travail et de capacité à créer de la richesse dans notre pays. Ceci emporte deux grandes réformes que nous devons conduire dans la concertation, sans totem ni tabou, mais en gardant un cap d'ambition : la réforme vers le plein emploi (…),  mais aussi travailler plus longtemps comme le font tous nos voisins en tenant compte des conditions de travail et donc des règles de pénibilité, en prenant en compte les carrières longues, mais en actant que nous ne pouvons pas avoir un des modèles les plus généreux des pays développés en étant l'un de ceux qui a le taux de départ le plus précoce à la retraite ».

Incorrigible... Alors qu'il a été une fois encore élu par défaut pour faire barrage à l'extrême droite, Emmanuel Macron s'estime à nouveau légitime et fondé à conduire cette réforme. « Ma responsabilité et mon rôle sont premièrement d'être fidèle aux engagements que j'ai pris devant les Françaises et les Français au mois d'avril, c'est le mandat qu'ils m'ont donné ». S'il annonce une fois encore un changement de méthode auquel on n'est pas obligé de souscrire ou de croire, le chef de l'État est donc prêt à prendre le risque d'une nouvelle confrontation sociale à laquelle il n'échappera pas sur ce sujet hautement inflammable. D'autant plus que l'arc syndical contre le recul de l'âge de la retraite à 65 ans s'annonce plus large. Ainsi, le secrétaire général de la CFDT a mis en garde « remettre de la conflictualité sociale très élevée, parce que cette réforme de retraite à 65 ans serait totalement injuste, ce serait pure folie ».

Pure folie, sans doute, mais surtout pure idéologie néolibérale. En effet, si Emmanuel Macron et Élisabeth Borne veulent remettre la réforme sur ses rails alors que sept Français.es sur dix sont opposé.es à un nouveau report de l'âge de la retraite et que le Conseil d’orientation des retraites estime que la situation financière du système de retraites n’est pas amenée à se dégrader, c'est que l'enjeu financier est trop stratégique. Les banques et les assurances ne renoncent pas à mettre la main sur les 14 % de PIB qui, grâce à nos cotisations, financent les retraites par répartition et échappent encore à la spéculation. Et ils n'ont pas renoncé à faire chuter le montant des pensions pour contraindre celles et ceux qui en ont les moyens de se tourner vers l’épargne retraite, la capitalisation. En effet, comme le martèle la CGT des ingés, cadres et techniciens, « reporter encore l’âge de départ n’augmentera pas l’emploi de seniors, mais fera chuter les pensions qui sont déjà̀ de plus en plus faibles du fait des précédentes réformes. Ainsi, pour un ou une cadre du privé, la pension totale représentait 72 % de son salaire de fin de carrière dans les années 1980, aujourd’hui elle n’est plus que de 67,2 %, et ne représentera plus que 51 % en 2062 s'il n'y a pas de nouvelle réforme ».

Purement idéologique, cette réforme néolibérale est aussi un non-sens social et sociétal. « Plus que jamais la retraite à 60 ans est un marqueur d’une société juste et solidaire et doit être entendu par le gouvernement », estime la CGT.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat