Je hais les dimanches

Ce dimanche 26 août ne sera pas de ceux qui nous feront aimer ce jour de la semaine. Bison Futé avait bien vu « rouge » sur les routes pour ce week-end de rentrée. Et comme quasiment tous les dimanches, le gouvernement ou sa majorité ont fait l'actualité avec des annonces choc.

 

magasindimanche

 

Le dimanche précédent, une vingtaine de députés de la République en Marche qui justement s'ennuient beaucoup ce jour-là ont lancé l'idée d'étendre l'ouverture du dimanche à tous les commerces. Ceux-là veulent nous faire aimer le dimanche, mais derrière un caddy. Avant même que soient connus sérieusement les impacts sur l'emploi de la loi Macron, ces parlementaires estiment -sans doute au doigt mouillé- que 1 500 emplois ont été créées dans les magasins ouverts le dimanche dans les Zones Touristiques Internationales. Une affirmation qui a fait bondir la CGT Commerce : « D’où sortent ces chiffres ? Des chiffres, nous en avons et bien réels. Depuis la loi Macron d’août 2015, ce sont environ 20 000 emplois qui ont été supprimés dans des secteurs pourtant ouverts le dimanche »
Et la CGT de dresser une liste non exhaustive des plans annoncés chez Carrefour (ex. Dia), Flunch, Jardiland, Castorama, Bricodépôt, Auchan, HappyChic (Brice et Jules), la Halle, Pimkie, Hippopotamus, Décathlon, Maxi Toys, La Grande Récré, Tati, Bodyguard… Et encore est-il impossible de dénombrer les emplois détruits dans le commerce de centre-ville incapable de résister à la pression des hypers et des centres commerciaux.

Imposture ou inconstance... Parmi les signataires de cet appel à l'ouverture du dimanche on trouve une certaine Claire O'Petit qui alors membre du Modem (après avoir été membre de l'UDF et membre du PS) estimait que « le travail le dimanche c’est pour faire plaisir à quelques bobos, qui veulent aller chercher leur marteau. »

Faut-il encore qu'Edouard Philippe s'emmerde le dimanche pour faire la une du JDD ce 26 août ? Cette fois, c'est pour annoncer la suppression d'environ 4 500 postes dans la fonction publique d'État en 2019, et un chiffre « supérieur à 10 000 en 2020 ». Rien de bien nouveau sous le soleil, puisque début juillet avaient déjà fuité les mesures drastiques préconisées dans le rapport commandé par Édouard Philippe, l'automne dernier, à une quarantaine de personnalités, dont de grands patrons. Ce Comité action publique Cap 2022 préconise rien moins que de réaliser 30 milliards d'économies dans les dépenses publiques. Alors qu'il est exsangue et asphyxié, l'hôpital devrait encore trouver 5 milliards d'économies à réaliser.

Après avoir fait planer la menace tout l'été d'un coup de rabot sur les aides sociales, Édouard Philippe annonce dans le JDD que « l'aide personnalisée au logement, les allocations familiales, les pensions de retraite » - « progresseront de façon plus modérée, de 0,3 % par an en 2019 et en 2020  », soit nettement moins que l'inflation, qui s'élevait en juillet à 2,3 % sur un an.

Avec de telles annonces le dimanche redevient le jour du saigneur.

 

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.