ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

239 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mars 2022

Orpea : bientôt l'absolution grâce à la protection du secret des affaires

Qu'est-ce donc que la protection du secret des affaires ?

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La question mérite d'être posée à nouveau depuis qu'on a appris de la bouche de la ministre déléguée chargée de l'autonomie des personnes âgées, Brigitte Bourguignon, que le rapport de l'Inspection générale des Finances (IGF) et des Affaires sociales (IGAS) saisies par le gouvernement le 1er février dans le scandale Orpea ne seraient pas rendus publics car « couvert par le secret des affaires ». 

C’est aussi cette loi qui a été invoquée par les Agences Régionales de Santé puis par la Commission d’Accès aux documents administratifs (CADA) pour refuser au journaliste Victor Castanet l’accès à l’information sur le financement d’Orpéa par les fonds publics.

Voilà donc à quoi sert cette loi de 2018 qui transcrit en droit français la directive européenne de 2016 : à étouffer un scandale.

 Le gouvernement se donne le beau rôle en annonçant dans le même temps qu'il porte plainte et va demander le remboursement des dotations publiques présumées détournées de leurs fins par le groupe Orpea. Le groupe qui se gave sur le dos des personnes âgées dépendantes et leurs familles depuis des années pourrait ainsi s'en sortir délesté de quel qu’argent, sans que soit remis en cause ce qui fait système dans ce groupe. Car c'est de cela dont il est question dans le livre de Victor Castanet : un système bien huilé générateur d'une maltraitance institutionnelle.

 L’IGAS et l’IGF estiment ainsi qu’entre 2017 et 2020, Orpea a fait indûment financer par les pouvoirs publics 50,6 millions d’euros de dépenses de personnel. Le groupe a dégagé un excédent de 20 millions d’euros ​grâce à sa « sous-consommation des crédits publics versés par les Agence régionales de santé (ARS) et les conseils départementaux sur la période 2017-2020 », pointe le pré-rapport, selon le résumé qu'en a publié Le Monde le 21 mars. Car selon le Monde, « l’IGF et l’IGAS considèrent qu’Orpea poursuit en priorité un objectif de performance budgétaire qui contribue à la mauvaise qualité de vie des résidents et des soins qui leur sont prodigués », confortant ainsi les révélations de Victor Castanet dans son enquête Les fossoyeurs. Ce secret des affaires avait déjà été avancé lorsqu'Olivier Véran avait affirmé le 11 mars qu'il comptait en publier "la totalité, à l'exception de ce qui est couvert par le secret des affaires". Finalement c'est « circulez rien à voir ! ».

 On voit aujourd'hui à quoi sert cette loi de 2018 combattue par la CGT, par son organisation spécifique de l'encadrement, l'Ugict-CGT, et par un grand nombre d'associations et de collectifs qui avait rassemblé plus d'un demi million de signatures. Elle permet par exemple au PDG d'Orpea Philippe Charrier, d'affirmer sans rire : « nous regrettons que le rapport définitif ne soit ni rendu public, ni mis à disposition des parties prenantes. Il permet de conclure en effet qu’il n’y a pas chez Orpea de système organisé qui aboutirait à de la maltraitance ». Gonflé le patron, qui en profite dans les colonnes du Figaro pour présenter ses excuses « les plus sincères aux résidents et aux familles qui […] ont subi les conséquences » des dysfonctionnements de gestion, qu’il reconnaît. La protection du secret des affaires lui permet de nier en bloc tout le caractère systémique mis en lumière par les témoignages courageux des lanceurs d'alerte.

 Orpea n'est pas une entreprise de la défense, pas un centre de recherche, pas un bureau d'étude industrielle. Quel brevet Orpea pourrait bien protéger par ce satané secret des affaires ? Assurément celui d'une machine à cash très efficace. Et on peut imaginer que si le gouvernement lui accorde le bénéfice du secret des affaires, c'est aussi parce que les pouvoirs publics ont été sinon complices, du moins aveugles et sourds à toutes les alertes lancées par les personnels et leurs représentants.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
par Philippe Soulié
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin