ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

233 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mai 2018

La marée et l'écume... aux lèvres

Avant ces quelque 90 manifestations qui ont déferlé dans tout l'Hexagone à l'appel d'une soixantaine d'organisations, syndicats et partis la tonalité des commentaires en disait déjà long. Le terme même de « Marées » populaires leur avait déjà donné prétexte à faire de bons mots pour pronostiquer les uns de petites marées, d'autres des marées basses.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Alors bien sûr, personne n'est vraiment surpris quand le Premier ministre évoque finalement « un petit coefficient » comme on dit par chez lui. Pas très original et surtout empreint d'une bonne dose de mépris et d'aveuglement. Car ce que ne disent pas les commentaires oiseux sur les simples chiffres, c'est que ces manifestations marquent un tournant dans la contestation sociale d'ordinaire circonscrite à des mouvements catégoriels : cheminots, fonctionnaires ou encore travailleurs des maisons médicalisées (Ehpad) et retraités. Des mobilisations spécifiques qui ont en commun d'être toutes dirigées contre une politique cohérente.

Après n'avoir vu dans ces « Marées populaires » qu'un attelage entre la CGT et France Insoumise, il s'agit d'en minimiser la portée. Pourtant, les faits sont têtus : plus de 60 organisations, petites et grandes, ont dans le respect de chacune rassemblé leurs forces. Elles mènent des combats féministes, écologiques. Certaines se battent pour les minorités discriminées, pour les jeunes, les chômeurs, chômeuses et précaires, pour les partisans de la justice sociale, pour celles et ceux qui défendent des services publics de qualité, les libertés démocratiques, les droits des travailleurs et des travailleuses. Mais elles ont toutes en commun de s'affronter aux mêmes forces de l'argent au pouvoir, à la politique notamment sociale, économique, fiscale d'Emmanuel Macron. S'il y a bien un « en même temps » un an après son élection c'est celui qui marque la volonté de converger ces mobilisations pour être plus forts.


Mais la palme des commentaires sur ces manifestations est revenue à Gérard Collomb.


En affirmant samedi 26 mai, à l'issue de la « Marée populaire », que les manifestants étaient complices des casseurs par leur « passivité » et que cette inaction pourrait avoir des répercussions sur le droit de grève, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'est encore distingué. Il s'est étonné « que des Black Blocs puissent intervenir au milieu d’une foule qui finalement ne réagit pas, a-t-il relevé face aux caméras de BFM. Si on veut garder demain le droit de manifester […], il faut que les personnes qui veulent exprimer leur opinion puissent s’opposer aux casseurs et ne pas, par leur passivité, être d’un certain point de vue complices de ce qui se passe.»

Après le déni, les menaces. Cynique et dangereux, Gérard Collomb menace en nous faisant porter la responsabilité de son échec dans la défense de la liberté fondamentale de manifester en sécurité. C'est grave pour nos libertés...

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis