ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

232 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 avr. 2018

Un premier mai de lutte

Rarement avec autant d’intensité, l’envie de faire « tous ensemble » et — pour prendre Macron à ses propres tics de langage — « en même temps », ne s’est imposée dans le climat social.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Alors que les cheminots mènent un conflit dur et opiniâtre, face à la déferlante de réformes antisociales, l’heure n’est pas à la « grève par procuration » mais à la convergence et à la synchronisation des conflits. Ce 1er mai, après le 19 avril peut être une nouvelle étape dans la construction de cette convergence qui semble faire si peur au gouvernement et aux oracles.

C'est d'ailleurs dans la perspective de ce 1er mai que les étudiants qui occupaient l'université de Bordeaux ont choisi ce dimanche de quitter la fac. « Nous partons d’ici, mais pour mieux occuper la rue, avec les autres secteurs en lutte dès le 1er mai", écrit dans un communiqué, le mouvement des étudiants de la faculté de la Victoire. « Il est désormais primordial de mettre nos forces partout où il est possible d’étendre les lignes de front de la guerre sociale qui se joue aujourd’hui », écrivent les étudiants qui évoquent notamment la destruction des services publics (SNCF, Santé, Poste).


C’est aussi dans cette démarche de construction des convergences que les unions régionales CGT, FO, FSU, Solidaires d’Île-de-France appellent à un défilé du 1er mai unitaire dans la capitale. Dans un texte commun après le succès de la journée du 22 mars dernier elles avaient appelé « leurs syndicats et sections syndicales à réunir dans l’unité les salariés pour établir des cahiers revendicatifs communs et débattre des moyens d’action pour obtenir satisfaction et gagner la participation aux mobilisations à venir ». Les URIF affirmaient agir « pour aider à la convergence des luttes » et préparent dans la région capitale « un 1er mai ancré sur les mobilisations unitaires et les revendications de la période. »


Dans ces manifestations du 1er mai cadres et maîtrises de la SNCF, directeur des EPHAD, infirmières, médecins et cadres de la santé, magistrats et greffiers, inspecteurs du travail, inspecteurs des impôts ou du trésor, pilotes et PNC prendront toute leur place pour exprimer leur désaccord vis-à-vis de stratégies et de choix qui porteraient atteinte à nos conditions de travail et de vie au travail. Pour refuser l’injonction « se soumettre ou se démettre ». Pour revendiquer toute leur place dans la construction des orientations et des décisions.

La CGT des Ingés, Cadres Techs appelle les salariés qualifiés et en responsabilité à se saisir de ce 1er mai pour revendiquer l’égalité professionnelle entre femmes et hommes en matière de déroulement de carrière et de rémunération ; un vrai droit à la déconnexion et la régulation de la charge de travail pour un meilleur équilibre vie privée / vie professionnelle ; un droit d’alerte et de proposition alternative, sans sanction ; un pouvoir de prescription pour les managers en matière de formation et de qualité de vie au travail, la reconnaissance du diplôme dans la rémunération, dès l’embauche et encore le droit à une protection sociale qui maintient le niveau de vie (chômage, maladie et retraite).

Autant de revendications de progrès social qui correspondent à des priorités exprimées par les cadres et ingénieurs.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement