ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

239 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mai 2022

Après la pandémie, l'hôpital passera-t-il l'été ?

Cela fait maintenant des années que les mobilisations pugnaces des personnels de santé nous ont révélé la crise profonde du système de santé dans sa globalité et pas seulement une crise du service public hospitalier.

ugictcgt
CGT Ingés Cadres et Techs
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les grippes saisonnières, les bronchiolites infantiles, puis la pandémie du Covid passent et chaque fois les mots manquent pour parler de la saturation, l'asphyxie, l'épuisement des personnels. La pandémie a révélé et sans doute amplifié la fuite des personnels qui quittent l'hôpital parce qu'ils et elles ne supportent plus les conditions de travail qui leur sont imposées. Le personnel est maltraité et épuisé, la pénurie de postes, de lits, de médecins est générale. Les soignant.es n'en peuvent plus.

Et voilà qu'après le burn-out des urgences d'Orléans, on annonce un peu partout dans le pays la fermeture la nuit de services d'urgences comme à Bordeaux. Une ville de 800 000 habitant.es privée de ses urgences la nuit...

Et si le scénario du pire était en train de s'écrire ? Probable à en croire l'Association des petites villes de France (APVF) qui a interpellé la nouvelle ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon, en évoquant les hôpitaux de Sarlat (Dordogne), Jonzac (Charente-Maritime), Sainte-Foy-la-Grande (Gironde), Guingamp (Côtes-d'Armor) ou Chinon (Indre-et-Loire), « où l'activité est carrément suspendue ». Et ce sont aussi plus d'une centaine d'établissements hospitaliers qui sont touchés par le manque de personnel. Dans 6 centres hospitaliers, dont ceux d'Amiens ou Châteauroux, on a mis en place un délestage des patient.es vers d'autres établissements, tandis qu'à Rennes, Roubaix et Tourcoing, on a déclenché le plan blanc qui oblige à reporter certaines opérations non urgentes, à repousser les hospitalisations programmées et aussi à rappeler du personnel en congé. « J’ai demandé aux ministres concernés de se pencher sans attendre sur ce sujet et de faire des propositions très rapidement pour prendre des mesures efficaces pour l’été », a annoncé la Première ministre Élisabeth Borne qui ne peut pas jouer l'étonnement ou la surprise. On en est donc à imaginer quelles rustines, quels cautères sur une jambe de bois va bien pouvoir imaginer le gouvernement. En tout cas, on peut douter de la réelle volonté de répondre aux revendications de la communauté hospitalière alors que l'ex-ministre de la Santé, Olivier Véran disait encore le 12 mai dernier « Non ce n’est pas un problème salarial, ce n’est pas un problème d’effectif, c’est un problème d’organisation ».

Face à un tel déni, les personnels sont de nouveau appelés, notamment par la CGT à se mobiliser le 7 juin dans tout le pays pour demander notamment l'arrêt des fermetures de services d’urgences, et réouverture de ceux déjà fermés ; le remplacement des départs, arrêts maladie, congés maternité et un plan national de recrutement de 100 000 personnes. Cette question des effectifs est en effet centrale pour commencer à résoudre la question de l'attractivité. Mais n'en déplaise à Olivier Véran, la question salariale est aussi déterminante et les mesures que le gouvernement a dû consentir lors du Ségur de la santé ne sont pas suffisantes. Il faut là comme dans toute la fonction publique un vrai dégel du point d'indice, une majoration franche des heures de nuit, des dimanches et fériés.

Par FD, journaliste engagé et militant Ugict-CGT

Ce billet est également disponible chaque semaine en podcast "Cadres Infos" sur https://ugictcgt.fr/documents/podcast/ et sur toutes les grandes plateformes de streaming.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac