Le scandaleux maintien en détention de l’écrivain Jean-Pierre Santini

Incompréhensible, scandaleux, inutile, injuste et dangereux : Le 23 octobre, l’audience d’appel a décidé de maintenir en détention provisoire l’écrivain Jean-Pierre Santini.

Une décision inutile, injuste et  éminemment dangereuse alors qu’une solution humaine et proportionnée s’imposait.

Le témoignage de Marie Santini, la fille de l’écrivain, posté sur le réseau social FB à 19 H le soir où la décision est tombée, est accablant:

« Mon père est maintenu en détention provisoire, malgré la présomption d’innocence, malgré le fait qu’en droit français, la détention provisoire doit être l’exception et non la règle, malgré la proposition d’un contrôle judiciaire à mon domicile sur le continent, malgré une détérioration de son état de santé du fait de son âge, de ses pathologies et de 18 jours complets de grève de la faim, malgré le contexte pandémique actuel qui a permis il y a quelques mois la libération anticipée de milliers de détenus purgeant une peine, malgré les cas de Covid qui sont en train de se multiplier à la prison de Fresnes.

Nous sommes très inquiets pour sa santé et pour les jours à venir. »

Ce rejet d’un contrôle judiciaire, ce scandaleux maintien en détention de l’écrivain suscite d’ores et déjà les plus vives protestations tant en France qu’à l’étranger. Plus que jamais, « l’appel des plus de mille » doit être entendu, maintenant et partout, porté par toutes et par tous.

En Corse, déjà, en partenariat avec de nombreux libraires, des auteurs vont assurer des lectures publiques de l’œuvre de l’écrivain Jean-Pierre Santini.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.