UL CGT PN2
Union Syndicale CGT de la zone Paris Nord 2
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juil. 2019

Retraites: Delevoye rend sa copie

La réforme proposée par Jean-Paul Delevoye est conforme au "cahier des charges" fixé par le gouvernement : il s'agit de mettre en place un système unique appelé à remplacer les multiples régimes (fonctionnaires, privé, professions libérales, etc.) existant actuellement, chaque euro cotisé donnant les mêmes droits à tous.

UL CGT PN2
Union Syndicale CGT de la zone Paris Nord 2
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les cotisations seront converties en points et non en trimestres comme c'était le cas jusqu'à maintenant. Cela signifie que le calcul de la retraite ne se fera plus sur la base des trimestres cotisés, comme c'était le cas jusqu'à maintenant. Par conséquent, la référence de calcul ne sera plus les 25 meilleures années, mais la totalité de la carrière. Ce système assurera la prise en compte de chaque jour travaillé, mais il est à craindre que pour tous les autres, cela amène à une baisse des pensions.
Les droits acquis au 1er janvier 2025 seront transcris en points "à l'euro près". Mais, pour le futur, il est prévu que le nouveau régime doit se développer à enveloppe budgétaire constante. On voit mal comment, dans ces conditions, la valeur du point pourrait "ne pas baisser dans le temps" et, en cas de déficit, elle  risque de devenir la variable d'ajustement du système. Le système, contrairement aux allégations de monsieur Delevoy, ne peut pas être à prestations constantes et chaque salarié ne peut plus, ainsi, estimer le montant de sa retraite future.

L'âge légal de la retraite est conservé, mais la mise en place d'un âge pivot ou âge d'équilibre révèle bien le double langage d'un gouvernement qui n'ose pas s'attaquer à ce sujet tabou, mais prévoit un mécanisme qui permettra d'appliquer une décote aux pensions des salariés qui voudraient faire valoir leurs droits à partir de l'âge légal (62 ans) : monsieur Delevoye propose de fixer cet âge pivot à 64 ans pour la génération 63 (cette précision impliquant que l'âge pivot peut lui aussi servir de variable d'ajustement). Il ne faut donc pas s'étonner que les français considèrent l'âge pivot comme une façon sournoise de revenir sur une de ses promesses de campagne de ne pas toucher à l'âge de la retraite.
Le Monde a comparé à l'ancien système la retraite de deux salariées toutes deux âgées de 39 ans et ayant toutes deux commencé à travailler à 22 ans. La première, rémunérée autour de 3200 euro par mois, devra attendre l'âge de 66 ans si elle ne veut pas subir de décote. La seconde, payée au SMIC, aura à 64 ans la retraite qu'elle aurait touchée dans l'ancien système. Cependant, Jean-Paul Delevoye préconise le maintien de la possibilité de partir à 60 ans pour les carrières longues et maintient les dispositions qui permettent de partir deux ans avant au titre de la pénibilité.


Médiapart souligne l'absurdité de cette notion de l'âge pivot, car parfaitement inutile : "Une fois le système transformé, les Français accumuleront des points de retraite pendant toute leur carrière. Ce capital engrangé sera ensuite transformé en pension de retraite grâce à un coefficient de conversion. Coefficient que l’exécutif a de toute façon prévu de faire varier pour chaque Français, en fonction de son âge de départ à la retraite, mais aussi de l’espérance de vie de sa génération".
Cet "âge pivot" est un des points de la réforme les plus controversés par les syndicats : en effet, cette incitation à travailler plus longtemps ne tient pas compte du sous-emploi chronique des seniors. Et même dans le cas miraculeux où on arriverait à remettre ceux-ci au travail,  cet encouragement à travailler plus longtemps ne peut que nuire à l'emploi des jeunes actifs.

Finies les pensions de réversion différentes en fonction du régime : la réforme prévoit une harmonisation qui garantira pour les conjoints survivants un revenu équivalent à 70% des revenus du couple. Sur ce point, il y aura des gagnants et il y aura des perdants. Mais c'est globalement une bonne nouvelle, car on pouvait craindre une disparition pure et simple des pensions de réversion, qui aurait, en très grande majorité, pénalisé les femmes. Concernant les droits familiaux, le haut commissaire propose qu'une majoration de 5% soit appliquée dès le premier enfant, sans plafonnement, répartie entre les deux parents ou, par défaut, attribués à la mère.

Il ne faut pas perdre de vue que les conclusions du rapport Delevoye ne sont que des préconisations et que les arbitrages finaux reviennent au gouvernement. Or, pour celui-ci, il n'est pas question que la part des retraites dans le PIB dépasse les 14% de 2016 et l'augmentation prévisible du nombre de retraités étant de 35%, les retraites baisseront de façon mécanique. La Suède, modèle dont se réclame la réforme, en a fait l'amère expérience, car le taux de renouvellement des pensions est passé en 19 ans de 60% à 53% du dernier salaire.  Cela signifie que, malgré les préconisations de Delevoye, il pourrait être tenté de ne pas rétablir l'indexation des retraites sur l'inflation.  De plus, la pratique de ce gouvernement laisse augurer de la façon dont il conçoit  les "négociations" avec les syndicats : décider d'abord et ensuite imposer par ordonnance après un simulacre de consultation. De cela, on a l'habitude !

Ces différents points sont repris dans l'argumentaire fourni par l'UGICT, la branche "ingénieurs, cadres et techniciens" de la CGT. Le syndicat voit également dans cette réforme une volonté d'inciter les salariés à compléter leur retraite par capitalisation, pour la plus grande joie des banquiers. Mais outre le fait que la grande majorité des salariés n'ont pas les moyens de cotiser, peut-on mettre les retraites de 18 millions de personnes à la merci des requins de la banque et de la finance ?

Le diable est dans les détails :  les préconisations de Jean-Paul Delevoye recouvrent l'abandon d'un système à prestations définies contre un autre à prestations constantes, et ce renversement de logique tend à  préserver les intérêts du capital.  Pour Médiapart, "désormais, il faut maintenir un taux de cotisation stable afin de ne pas influer sur les demandes salariales. Et ce sont les retraités qui s’ajusteront par leur niveau de vie et qui viendront ainsi payer les effets de la baisse de la productivité et préserver la part du capital dans le partage des richesses". Mais les salariés, soucieux de préserver leur future retraite, se tourneront vers la capitalisation et ses aléas boursiers. Et le pouvoir ultralibéral, qui ne demande que ça, n'aura plus qu'à encourager la tendance pour se débarrasser définitivement de la retraite par répartition.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Entre maltraitances et dividendes, Orpea n'a pas hésité
La sortie du livre de Victor Castanet « Les fossoyeurs » publié chez Fayard, rouvre le débat de la façon dont nos sociétés traitent les plus vulnérables, ici les personnes âgées. A travers cette question, c'est aussi celle des financements publics au sein de structures privées qui cherchent prioritairement la profitabilité.
par Muriel Dugas-Andriocci
Billet de blog
La maltraitance dans les Ehpad : fatalité ou surdité profonde des autorités ?
Puisse le combat de nombreuses familles de résidents en Ehpad[1], relayé par la Presse, soit enfin suivi d’effet … Aujourd’hui, nous apprenons l’audition du Directeur Général d’un Groupe gérant une chaîne de maisons de retraite et attendons avec intérêt le résultat des investigations. Pour illustrer cette actualité, voici un témoignage parmi tant d’autres…
par Claudia CANINI
Billet de blog
Orpea ou les chasseurs d’or de la silver-économie
Le livre de Victor Castanet va peut-être contribuer à ce que cesse la prise en charge lucrative des personnes âgées dépendantes. Pourtant, les critiques et enquêtes, ces dernières années, n’ont pas manqué. Autres chroniques : quelque chose de pourri au Royaume du Danemark, la violence inouïe des discours Zemmour/Le Pen sur la suppression des allocations familiales aux familles immigrées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Lettre à mes octogénaires
Salut les grands parents, c’est moi. C’est moi, celle que vous attendez et que vous croyez affairée. Celle qui ne passe pas le portillon du bout du jardin, celle qui trouve autre chose à placer avant, toujours.
par Soldat Petit Pois