Coronavirus : un communiqué de la CGT Cif Kéolis

Le ministère de l'Economie nous jette un os à ronger avec la perspective d'une prime de 1000 euro, que la société CIF Kéolis ne semble pas décidée à verser. L'urgence, c'est la protection de salariés car, comme on dit, "un linceul n'a pas de poches".

L' économie est bloquée. Nos économies sont confinées. On nous parle de risques de contaminations. De nombreux cas dans l'entreprise, de cas partout dans la population et soudain Bruno Lemaire demande aux entreprises de verser 1000 euros aux salariés qui travaillent pendant cette pandémie. Les mercenaires financiers de Keolis et même aucun transporteurs n'ont encore rien promis. Et notre santé dans tout ça et celle de vos proches?
Les 1000 euros vont nous protéger du coronavirus?
Le système économique risque de s'effondrer et certains salariés parlent d'une prime qui n'est même pas encore garantie par nos dirigeants. Auchan peut effectivement se le permettre car ils ont engrangé de gros bénéfices exceptionnels quand nous nous sommes tous rués comme des nazes dans les magasins. Ils veulent surtout voir leurs pauvres caissières exposées encore plus que nous venir travailler avec leur salaire misérable. Comment peut-on se rabaisser devant cette prime qui, a aucun moment, n'est promise aux salariés par les opérateurs de transports. Chaque chose en son temps. Nous irons la chercher comme on a toujours su le faire. Maintenant la priorité est de protéger votre santé pas de parler une hypothétique prime qui se mérite déjà aujourd'hui.
Si on attendait après eux nous n'aurions pas mis en place les mesures reprises par l’État. Arrêt de la vente à bord, montées à l'arrière, balisage mis à l'écart des usagers. Il va y avoir un tsunami qui arrive, on voit des collègues contaminés, des contaminations partout dans nos secteurs,....
L' urgence de notre action est d'exiger des processus de désinfections efficaces qui sont inexistants et insuffisants. Des laveurs en combinaison de protection, des effectifs d'agents de nettoyages renforcés, de vrais produits de désinfections, des contrôles renforcés , des processus et des consignes pour ne pas mélanger et laver les postes de conduites avec les mêmes chiffons que l'espace voyageur, avoir des lingettes jetable à chaque désinfection du poste de conduite, .....
Des housses jetables,...
Même des masques pour la profession...
Nous devons garder notre dignité et pas nous rabaisser car le ministre de l'économie nous jette un os avec ces 1000 euros pour travailler dans la peur aux détriments de notre santé et celles de nos famille. Ce n'est pas de la rigolade. C'est maintenant qu'on nous trouve de la considération?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.