Umar Timol
Artiste mauricien.
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 févr. 2021

Umar Timol
Artiste mauricien.
Abonné·e de Mediapart

Pour une lecture spirituelle du mal

Le monde a toujours eu un caractère apocalyptique. Ce passé idéalisé, véritable pays de Cocagne, qu'ils sont nombreux à vanter, n’a jamais existé. Le monde est sans doute moins pire maintenant.

Umar Timol
Artiste mauricien.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

D’indéniables progrès ont été accomplis. Mais le spectacle contemporain est celui du mal, montée des nationalismes, haines, violences, racisme, inégalités croissantes, risques existentiels, notamment, la guerre nucléaire et le changement climatique. Nous vivons sur une poudrière qui risque à tout moment d'exploser. Il est tentant dans les circonstances de céder au cynisme ou au désespoir. Mais il est plus utile d’essayer de comprendre afin de pouvoir agir. D’où vient donc ce mal ? Comment l’expliquer ?

Il est clair qu'il est systémique, qu’il faut l’inscrire dans la dynamique, entre autres, de l’histoire, de notre système économique et politique. Le monde souffre parce qu’on l’a ainsi façonné. Nous sommes les dépositaires et les créateurs de notre malheur. Et il est urgent de comprendre ces logiques de la domination afin de les surmonter. Et d’ailleurs, de nombreux mouvements, de toute ordre, s’exercent à inventer un autre monde. Mais il est évident que l’histoire a un caractère cyclique, on abat aujourd’hui l’oppression qui sera vite remplacée par d’autres formes d’oppression, plus tenaces. On sait bien, par ailleurs, que beaucoup de révolutionnaires, qui avaient les meilleures intentions, sont ensuite devenus des monstres. Ainsi côtoyer l’homme au quotidien, peu importe sa sensibilité politique, sa personnalité, nous convie à un certain scepticisme. Certes il y a beaucoup à admirer dans l’homme mais il recèle des choses détestables. Il ne s’agit pas de mettre tout le monde au même plan mais de reconnaître qu’il y a en tout être des espaces d’obscurités.

Ainsi, dans une perspective spirituelle, l’homme est cette créature de Dieu qui a pour tâche de renouer avec Celui qui l’a créé. Son absence au sens, son obscurité provient du fait que son ‘ego’ l’emprisonne dans la matière. Il vit par et pour ce monde, enraciné dans des ambitions terrestres, martyrisé par les besoins de sa chair, son corps, son sang alors qu’il appartient à la lumière du divin et qu’il n’a d’autre cheminement que cette lumière. En ignorant ce qu’il est, le sens de son destin, sa vocation réelle, il subsiste comme un égaré, cherchant une plénitude qui toujours le fuit. Il est cet être du vide que la matière ne cesse de désemplir. Trouver sa voie spirituelle est donc cultiver la lumière qui est en soi, la compassion, l’amour, la prière, entre autres, pour que la lumière du divin soit. Nous nous projetons hors de soi dans une lutte contre les autres alors que l’espace du combat est soi-même. Il est aisé de juger les autres, au tribunal de nos certitudes, mais quel est le rapport qu’on établit à soi-même, dans quelle mesure est-on fidèle à la lumière qui est en soi. Nous voyons l’absence partout mais est-ce que l’absence liminaire n’est pas à l’égard de soi-même ?

Ainsi le monde, lieu d’un combat idéologique nécessaire et crucial mais aussi et avant tout lieu de combat spirituel. On ne peut guérir le monde qu’en se guérissant.

Autrement nous ne faisons que reproduire les schémas de l’obscurité, répandre l’obscurité qui est en soi hors de soi. Il n’est de liberté véritable que ce rapport au divin, ce parcours qui nous mène à sa lumière.

Nous faisons le constat, quand nous observons la société, d’un mal inépuisable. Les politiques, les puissants sont les pantins les plus visibles de ce mal, goût effréné de l’argent, soif de pouvoir, volonté absolue de domination, c’est à se demander s’ils sont tout à fait humains. Mais ce serait naïf de s’arrêter à eux, ce mal est bien plus profond, on compte bien sûr des personnes intègres mais on sait bien que c’est une société du tout va, où tout est permis, où on ne s’autorise aucune limite. Et ce mal est inscrit dans tous les cœurs, à divers degrés. On rêve d’un monde meilleur mais pour ce faire il faut d’abord changer les structures de son cœur, qui est l’infrastructure du monde. Autrement le monde demeurera ce qu’il est, hanté par le mal. Le prélude à sa transformation est la transformation de soi-même.

Il faut ainsi purifier son cœur, se libérer des entraves de son ego, pour pouvoir parvenir au cœur du monde.

Umar Timol

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal — Livres
Dans les bibliothèques de Marseille, le patrimoine est « en grand danger »
Marsactu a consulté le rapport provisoire de l’Inspection générale de la culture, du sport et de la recherche sur les bibliothèques de la cité phocéenne. Celui-ci revient sur la faiblesse de l’offre, le mal-être des agents et souligne la situation de « grand danger » de certains fonds patrimoniaux.
par Benoît Gilles (Marsactu)

La sélection du Club

Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano