Umar Timol
Artiste mauricien.
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 avr. 2021

Umar Timol
Artiste mauricien.
Abonné·e de Mediapart

«Klara and the Sun'» L'intelligence artificielle dans le miroir de l'homme

Quand on plonge dans un roman écrit par un maître, dans ce cas Kazuo Ishiguro, prix Nobel de littérature, on sait à quoi s'attendre. Une écriture presque parfaite, une architecture romanesque somptueuse ou encore un mélange de légèreté et de profondeur.

Umar Timol
Artiste mauricien.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On admire le travail de l'artisan. Mais cela n'empêche pas le maître de nous surprendre et de nous émerveiller. Dans 'Klara and the Sun', roman qui traite de l'intelligence artificielle, Ishiguro crée ainsi la voix de Klara, un 'artificial friend', un robot qui a été fabriqué pour être au service des adolescents. L'histoire se passe aux Etats-Unis dans un futur indéfini, dans une société minée par de profondes divisions. L'intelligence artificielle nous raconte ce cheminement qui la mène de la vitrine d'un magasin, où elle est exposée, à la famille de Josie, une jeune femme. Elle nous fait part de ses observations, de ses émotions, de son apprentissage des êtres et de la vie. Ainsi elle fait de son mieux pour aider Josie, qui fait face à de sérieux problèmes, elle est gravement malade et évolue dans un contexte familial particulièrement difficile. Elle est, par ailleurs, fascinée par le 'soleil' en qui elle voit une divinité susceptible d'aider les humains. La voix de Klara est troublante et magnifique. Elle ne cesse d'ailleurs, plusieurs jours après avoir terminé la lecture du livre, de résonner en moi. Elle est dotée d'une conscience, elle est libre mais elle est captive de paramètres, ce qui est en fait une voix paradoxale. Elle est froide, d'une façon quasi mécanique, et chaleureuse, comme aucun humain ne peut l'être. Elle est naïve car elle découvre à chaque instant le monde et lucide parce qu'elle sait extraire du monde l'essentiel. Et elle est éminemment poétique, semblable à une nuée de Haïkus, une voix précise qui parvient à saisir la substance de l'éphémère, qui nous ébranle mais avec délicatesse. Elle est la voix d'une machine, un robot qui n'est pas donc humain mais qui est en même temps très humain et sans doute plus qu'humain.

Et cette voix, alors que la science a désormais le pouvoir de radicalement modifier l'humain, par l'entremise notamment des progrès dans le domaine de la génétique, nous interroge. Est-ce que la science est au service de l'émancipation de l'homme ou de son asservissement ? Sommes-nous arrivés à l'ère d'un nouveau féodalisme où notre être est soumis au joug de la machine, être constamment surveillé, instrumentalisé, bientôt transformé, lui-même devenu une machine ? Et qu'est-ce que l'humain, en quoi est-il unique quand on sait que la machine le surpasse déjà dans de nombreux domaines ?

Dans une entrevue (1) accordée au New York Times, a propos de 'Klara and the sun', Ishiguro affirme que '“the unstoppable advance of liberal-humanist values I’d taken for granted since childhood may have been an illusion.” Cette dystopie romanesque est effectivement aux antipodes des valeurs dont nous parle l'écrivain. Mais on pourrait proposer une autre lecture, ce roman est non pas une antithèse de ces 'valeurs' qui ont ultimement servi d'infrastructure au capitalisme, au colonialisme, aux génocides (2) mais leur prolongement et leur achèvement. Ainsi la société dystopique dans laquelle Klara évolue est possible, parce qu'on a fondé un système qui procède à la mécanisation, à l'exploitation et à la destruction de l'homme par l'homme. En somme, une monstruosité revêtue des apparats de mots grandioses.

Il faut écouter la voix de Klara, ciselée dans la forge des mots d'un maître. Elle nous envoûte et elle nous chuchote à l'oreille une question essentielle : alors que tout nous invite à la déshumanisation de soi et des autres comment s'humaniser et humaniser les autres ?

Il reviendra éventuellement à la machine de nous interroger sur notre humanité. Klara parmi.


(1) : https://www.nytimes.com/2021/02/23/magazine/kazuo-ishiguro-klara.html

( 2) : Lire a ce sujet l'excellent 'Restating Orientalism' de Wael Hallaq : https://www.amazon.com/Restating-Orientalism-Critique-Modern-Knowledge/dp/0231187629

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot