Umar Timol
Artiste mauricien.
Abonné·e de Mediapart

57 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mars 2022

Humains et moins humains, Ukrainiens et Palestiniens

Un rappel utile avant d’aller plus loin. Il faut condamner avec la plus grande fermeté l’invasion russe en Ukraine. Rien ne saurait la justifier. C’est incontestablement un acte de barbarie. Et il est impératif que le peuple ukrainien retrouve au plus vite sa liberté.

Umar Timol
Artiste mauricien.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ceci dit, cette guerre met en lumière une cruelle hypocrisie. Il y a ainsi deux catégories de victimes, les bonnes et les mauvaises, les ‘humains’ et les ‘moins humains’. D’une part les Ukrainiens, qui ont l’appui des capitales occidentales, on ne compte plus les gestes de soutien à leur égard, qui sont bien sûr légitimes, et d’autre part les Palestiniens ( on les a choisis parce qu’il sont l'archétype du peuple dominé, de nombreux autres peuples sont concernés ), qui subissent au quotidien les exactions du régime israélien mais dont le martyre passe inaperçu, relégué aux brèves dans les infos, inséré dans le dogme médiatique ‘d’une situation complexe où il est difficile de prendre parti’. Le député Irlandais Richard Boyd résume mieux que quiconque cette politique de deux poids, deux mesures : ‘Il a fallu cinq jours pour que des sanctions soient prises contre Poutine et ses voyous, mais imposer des sanctions pour 70 ans d'oppression des Palestiniens ne serait pas 'utile’. (1)

 Ce qui est évident et limpide ici, le supplice du peuple ukrainien devient là-bas flou et incompréhensible. Ce qui ici suscite la compassion suscite là-bas l’indifférence. Ici ceux qui résistent sont des héros là-bas ce sont des fanatiques ou sinon des terroristes. Et ces intellectuels et artistes qui montent au créneau pour défendre la veuve et l’enfant, qui sont de tous les combats se taisent, deviennent des monuments consacrés au dieu du silence ou s’il choisissent de s’exprimer, ils utilisent des mots feutrés, diplomatiques qui disent leur souci ‘d’objectivité’.

A croire que le sang des uns a plus de valeur que celui des autres.

A croire que c’est la couleur de votre peau qui décide de votre humanité.

Règne, plus que jamais, l’indignation sélective.

Et cette hypocrisie se manifeste autrement. Les guerres occidentales sont toujours les bonnes guerres, par exemple celle menée en Irak, puisque vous agissez au nom de votre sacro-sainte liberté, cette liberté qui justifie toutes les oppressions, qu’importe les pays ravagés, détruits, qu’importe ceux qui meurent, des centaines de milliers, des millions d’êtres, ils n’existent pas, ils sont des déchets humains. Quand un des vôtres est tué, c’est l’affaire du monde, on doit tous se recueillir et gare à ceux qui remettent en question ce dogme, quand un des leurs est tué, il a droit au rituel de la parfaite indifférence.

Cette guerre illustre parfaitement cette béance, entre ceux qui méritent d’exister et ceux dont l’existence n’a aucune valeur.

Nous sommes confrontés aujourd’hui à des menaces existentielles, parmi l’apocalypse nucléaire et l’apocalypse climatique. Le monde est désaxé et semble s’acheminer vers la destruction. Notre anéantissement n’est pas un scénario de film. Il relève du possible. Ce sont évidemment des problèmes d’une grande complexité et les solutions sont loin d’être simples. On pourrait commencer par envisager l’humanité autrement, non comme un projet fondé sur les hiérarchies fictives du nationalisme, du racisme ou encore de la classe mais fondé sur une appartenance commune. L’humanité est une seule et même famille. La pandémie l’a d’ailleurs démontré, nous sommes unis, qu’on le veuille ou pas. Ce projet humain peut sembler naïf et utopique mais à l’ère de ces violences de tout ordre qui risquent de nous réduire en cendres, il est plus que jamais nécessaire. Le pragmatique proclamera que l’humain étant ce qu’il est, irrationnel, stupide, cupide, assoiffé de pouvoir, ne changera guère, il trouvera toujours de moyen de dominer l’autre. Mais rêvons. Et espérons. Demain la victime, hors des fantasmes du nationalisme, sera un être humain tout simplement, à qui on tend la main. Et demain, un lointain demain, il n’y aura qu’une seule guerre, celle qu’on mènera contre les frontières et les hiérarchies, quelles qu’elles soient, qui séparent les humains, les uns des autres.

Umar Timol.

(1 ) : https://www.middleeasteye.net/video/irish-mp-richard-boyd-barrett-calls-out-double-standards-ukraine-and-palestine

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes