Umar Timol
Artiste mauricien.
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 avr. 2021

Umar Timol
Artiste mauricien.
Abonné·e de Mediapart

Le prince est mort ! Vive le prince !

C'est avec une peine immense et peut-être même incommensurable sinon infinie que nous apprenons la mort du Prince Philip.

Umar Timol
Artiste mauricien.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous pleurons et ne cessons de pleurer toutes les larmes de notre corps ( et de notre âme ). Cette émotion est légitime et nécessaire. Elle est celle de tout un peuple, les anglais, et elle devrait être celle du monde entier, de tous les individus qui foulent cette terre. En effet, un membre de la famille royale est mort. Vous avez bien entendu. Ouvrez vos oreilles, de grâce. Un membre de la famille royale est mort ! La royauté, il est utile de le rappeler, est construite autour d'un concept absurde et rétrograde d'hiérarchie. Ainsi certains, puisqu'ils ont du sang bleu, sont destinés à régner alors que les autres, c'est à dire vous et moi et à peu près tous les êtres humains, sont condamnés à une vie misérable. Rien ( est-ce que vous avez vu les têtes de certains membres de la famille royale ? ), ne les distingue du commun des mortels mais ils sont des nobles alors que nous ne sommes rien. Vous habitez dans un minuscule appartement qui vous a coûté la peau d'un endroit que la pudeur nous oblige à taire alors les nobles habitent dans des châteaux. Ils sont milliardaires alors que vous avez juste assez d'argent pour survivre. Ils ne travaillent pas ou à peine alors que vous vous démenez comme une bête pour gagner quelques sous. On considère qu'ils sont des stars alors que vous êtes moins connu que le chat de votre voisin. Qu'ont-ils fait pour mériter de tels privilèges ? Rien, strictement rien. Ils sont nés supérieurs alors que vous êtes né inférieur. Mais le prince Philip est mort et il faut pleurer sa mort. Pleurons donc de toutes nos forces. N'oublions pas, parmi les autres exploits, et ils sont nombreux, de la famille royale anglaise, qu'elle était complice de la pire entreprise de destruction, de spoliation dans l'histoire humaine, la colonisation. Et mieux encore. L'ancêtre lointain de la reine, Elizabeth I, a joué un rôle essentiel dans l’établissement de la traite des esclaves. Le prince Philip était lui-meme connu pour ses blagues racistes. Mais c'est de l'humour, chers amis, il nous faut, de temps en temps, une bonne dose de 'british humour'. Et on ne peut donc s'empêcher de les admirer. Ils nous ont colonisés et on s'accroupit à leurs pieds. Merci, ô maîtres vénérés, de nous avoir appris les bonnes manières, la culture, la civilisation, l'infantilisation, l'anglais, à utiliser un couteau et une fourchette et la soumission consentie. Nous présentons nos plus vives sympathies à la famille royale. Nous ferons le deuil pendant au moins un mois. Qu'est désormais notre vie sans la royauté ? Qu'est désormais notre vie sans le Prince Philip ? On a bien sûr d'autres raisons de pleurer, les millions d'enfants qui crèvent tous les ans sur l'autel du capitalisme, les guerres insensées, la montée du racisme, toutes choses qui sont imbriquées, à divers degrés, dans un projet de domination, dont la monarchie est un des exemples les plus flagrants. Mais nous connaissons nos priorités. Le prince Philip est mort. Il n'y a rien de plus urgent. Pleurons cette relique de l'empire. Pleurons, chers amis.

Umar Timol

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot