Umar Timol
Artiste mauricien.
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mars 2022

La mort de l’enfant moins civilisé…

'Ce n’est pas un endroit, avec tout le respect que je leur dois, comme l’Irak ou l’Afghanistan, qui a vu des conflits faire rage pendant des décennies. C’est une ville relativement civilisée, relativement européenne – je dois choisir ces mots avec soin aussi – une ville où vous ne vous attendriez pas à cela, ou n’espériez pas que cela se produise' ( Charlie D’Agata, journaliste à CBS news )

Umar Timol
Artiste mauricien.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cet enfant qui se rend à l’école le matin a la tête pleine de rêves. Il adore rêver car son quotidien est moche. La vie est dure dans les territoires occupés. L’oppresseur ne cesse de concocter de nouveaux stratagèmes pour faire de la vie des siens un enfer. C’est à se demander pourquoi ils sont aussi cruels. Mais qu’est-ce qu’ils ont dans le crâne ? Pourquoi cette méchanceté gratuite ? Pourquoi nous priver, par exemple, d’eau potable ? Pourquoi ces centaines de check points qui rendent difficiles les déplacements ? Pourquoi les coupures d’électricité ? Pourquoi nous interdire de rendre visite à nos proches ? Pourquoi est-ce qu’ils nous traitent comme des bêtes et nous tuent comme des bêtes alors que nous sommes des humains ? Il a du mal à comprendre. Les adultes sont vraiment trop idiots. Mais il sait qu’il ne doit pas céder au désespoir. Il se souvient des paroles de ses parents, il faut toujours espérer et toujours rêver. Ils sont rigolos ses parents. Ils n’arrêtent pas de lui donner des conseils. Fais ceci, fais cela. Qu’ils peuvent être lassants les parents. Mais il doit reconnaître que ce sont de bons conseils.

 Aujourd’hui, en route vers l’école, il ferme les yeux et il rêve. Dans le monde des rêves tout est possible. On peut métamorphoser tout ce qu’on veut, on peut voyager dans le temps, il n’y a pas de limites, il n’y a pas de frontières. Il est ainsi un super héros, qui combat avec férocité les méchants. Il a à sa disposition une baguette magique dont il fait bon usage. Un soldat qui vous harcèle et il le transforme en une tomate. Un autre soldat qui vous tire dessus et il le transforme en une grenouille. Les bombes qui vous tombent dessus du matin jusqu’au soir deviennent des fleurs. Ceux qui sont tués – et ils sont nombreux – reviennent à la vie et ils se mettent à chanter et à danser. Et ces chaînes qui emprisonnent son peuple deviennent des arcs-en-ciel. Dans ce monde tout est possible. Parfois il en parle à ses parents. Dites-moi, vous voulez m’accompagner dans le monde des rêves ? Mais ils l’écoutent à peine, ils ont des soucis, ils sont préoccupés, comme tous les parents. C’est pas de leur faute. Mais si seulement ils savaient, pas besoin de grand-chose pour réinventer la nuit, les jours, la terre et les couleurs. Il se dit parfois qu’ils ne veulent pas savoir. Qu’importe, aujourd’hui, c’est la journée des rêves. Et il n’est pas pressé d’arriver à l’école. D’autant plus qu’il n’a pas fait ses devoirs. Qu’est-ce qu’il dira au prof ? Monsieur, excusez-moi, j’ai oublié mon cahier ou monsieur j’ai renversé de la sauce sur mon cahier ou monsieur excusez-moi je suis un super héros, j’ai pour tâche d’aider les gentils et je ne peux franchement pas faire vos devoirs qui sont, pour être tout à fait honnête, un peu débiles. Un peu monsieur, pas totalement, monsieur. Débiles. Quand il pense à la réaction du professeur, il éclate de rire. Qu’ils sont bêtes les adultes. Ils prennent tout au sérieux alors qu’il suffit de fermer les yeux pour tout oublier.

Il aperçoit l’école au loin. Il y sera dans quelques minutes. Il a le temps pour un dernier rêve. Il se met à fouiller dans son imaginaire. Qu’est-ce qu’il va bien pouvoir inventer ? Un nouvel exploit du super héros, évidemment, qui est d’humeur folâtre aujourd’hui et qui décide de transformer tous les soldats en singes, qu’est-ce qu’il rit, il ne peut pas s’empêcher de rire. C’est trop comique. C’est un rire tellement vaste que le temps s’arrête et que l’univers se met à frémir. Et c’est à ce moment précis qu’une balle pénètre son petit cœur, c’est un sniper qui choisit de le tuer, sans raison, tout simplement parce qu’il le veut et qu’il le peut. Les oppresseurs ont tous les pouvoirs. L’enfant n’a heureusement pas le temps de souffrir et il meurt avec un sourire aux lèvres. Est-il un plus beau sourire ? On peut en douter.

Cet enfant qui meurt est un enfant moins civilisé. Il n’est pas comme les autres enfants, ceux qui sont civilisés. Il ne fera pas la une de la presse internationale. On n’emprisonnera pas ses tortionnaires. On ne les mettra pas au ban de la société. On ne boycottera pas les oppresseurs. On ne dira pas que les siens, ceux qui se battent avec des pierres, sont des héros. On se contentera de l’ajouter à la liste de ces millions de morts qui n’existent pas, qui sont des déchets. Et ceux qui défendent les opprimés se tairont une fois encore.

Cet enfant n’est décidément pas comme les autres enfants. Dans ses veines coule un sang différent. Dans son corps minuscule bat un cœur différent. Et dans son imaginaire règne un rêve différent. C’est un enfant moins civilisé.

Umar Timol

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement