Grèce : Traduction des vidéos de Paul Mason. Mardi 30

Durant toute la semaine, le journaliste anglais Paul Mason publie quotidiennement une vidéo sur l'évolution de la situation de la Grèce où il se trouve. Il indique clairement que ces vidéos peuvent être reprises et retranscrites, c'est ce que vous allons faire en les traduisant.

Vidéo sous-titrée

Paul Mason - Tsipras va-t-il demander aux grecs de soutenir l'UE ? (episode 2) - sous titres FR © Ohm TV

 

Transcription de la vidéo traduite :

Pendant la nuit les grecs ont reçu la nouvelle offre de Jean-Claude Juncker, Le président de la Commission Européenne, et ils l’ont refusée. J’ai entendu qu’on leur ferait une autre offre, différente mais du même tonneau, donc on va voir ce que cela donne par la suite.

Je viens de passer 40 minutes avec Euclide Tsakalotos qui s’occupe des négociations au ministère de l’économie du gouvernement grec. Tout ce qu’il m’a dit était qu’il était ouvert à une reprise des négociations. Donc l’idée que les Grecs en convoquant ce référendum ont « ramené leurs fesses à la maison » est fausse. Ils veulent toujours négocier. Mais négocier depuis une meilleure position, plus forte.

On va voir au fur et à mesure de la semaine si c’est une si bonne idée, mais nous sommes le deuxième jour de fermeture forcée des banques. Les gens ne peuvent toujours retirer que 60€/jour, là je vois deux bornes de l’autre coté de la rue et la situation des banques se détériore, que va-t-il arriver ensuite ?

Je pense que ce qu’il va falloir pour, comme Tsakalotos dit « sortir de l’impasse », c’est que les européens s’engagent sur une part spécifique de la dette qu’il décrit comme « forfaite ». Qu-est ce que ça veut dire ? Hé bien, quand on essaie de réformer un pays comme celui-ci plein de corruption, de délinquance en col blanc, de gens refusant d’être imposés, dans une situation de malaise, on ne veut pas être toujours être frappé à la tête par cette part de la dette trop grosse pour être gérée, mais on veut l’étaler.  Dnc ce qu’ils veulent c’est transférer de la dette due à la BCE
vers une autre structure. Je pense que si les européens leur offraient ne serait-ce qu’une lueur de cela il pourrait y avoir un accord et une annulation du référendum ou il pourrait (le gouvernement grec qui pour l’instant
fait campagne pour le non) passer à une campagne pour le oui.

Je continuerais à vidéoblogger toute la semaine, donc restez bien au frais, et rendez-vous demain.


Voir la vidéo du lundi 29

Retrouvez toutes les infos sur la Grèce sur le compte twitter https://twitter.com/OXI_nein_non_no

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.