CDI et CDD, l'arnaque de la sécurisation du travail du projet de #LoiTravail

La propagande gouvernementale sur le projet de loi sur la réforme du code du travail s'appuie essentiellement sur le fait qu'elle permettra d'augmenter les CDI au dépend des CDD. C'est vrai dans l'absolu, mais ça cache la vérité qui est que l'on va vers une précarisation généralisée du travail.

Il ne se passe pas une heure depuis que le "projet de loi El Khomri" a fuité sans que ses défenseurs ne mettent en avant l'argument suivant : Cette loi permettra aux entreprises d'embaucher plus facilement en CDI ce qui permettra de limiter les CDD. Pourquoi cette affirmation, pourtant vraie, cache la réalité de l'arrivée de la précarisation maximale du travail en France ?

Pour comprendre cette situation dont essaye de tirer profit le gouvernement il faut regarder en détail la protection réelle des salariés dans le cadre des CDD et CDI. Malgré le côté limité dans le temps du CDD, ce contrat de travail est bien plus sécurisé que ne l'est, déjà, le CDI. Les possibilités de rompre un CDD pour un employeur (tout comme par un salarié) sont très limitées, et le principe est qu'une fois signé le CDD ne peut se rompre SAUF circonstances exceptionnelles prévues par la loi. Il n'existe que 4 possibilités pour le rompre par un employeur :

  • Durant la période d'essai (limitée le plus souvent à 2 semaines ou 1 mois)
  • Pour inaptitude au poste déclarée par la médecine du travail
  • Cas de force majeure
  • Faute grave du salarié

Dans les faits, les ruptures de CDD sont peu nombreuses et les prud'hommes sont très vigilants sur l'application stricte des règles ce qui rend ce contrat très sécurisé pour sa durée, au contraire du CDI pour lequel les possibilités de rupture deviennent de plus en plus importantes au fur et à mesure de son évolution. Déjà précaire, le contrat à durée indéterminé va subir avec cette nouvelle loi de nouvelles coupes dans sa sécurisation qui vont, finalement, en faire un contrat totalement précaire et sans aucune garantie pour le salarié.

On comprend bien au final la manœuvre du gouvernement : précariser au maximum le CDI tout en vantant sa sécurisation présumée par le simple faire de sa durée indéterminée. Dans les faits, une entreprise n'aura plus aucun intérêt à embaucher en CDD puisque sa rupture demeurera très compliquée durant sa durée alors que celle d'un CDI sera d'une simplicité absolue, sans aucune (ou presque) conséquence financière pour l'entreprise, quitte à le faire de manière illégale et profiter à fond du plafonnement des indemnités prudhommales.

Donc, lorsque les défenseurs du projet de loi El Khomri disent qu'il favorisera le CDI, c'est vrai, mais ils omettent de dire que ce dernier deviendra par la même occasion un contrat très précaire et sans aucun risque juridique ou financier pour l'employeur et qui n'aura pas plus de valeur sociale (logement, crédit ...) qu'un CDD, qui sera voué à terme à totalement disparaitre. La grosse arnaque de ce projet de loi est là ! Remplacer le CDD par un CDI plus précaire que ce dernier. Et c'est proposé par la gauche !

La seule possibilité de sécurisation du travail aurait été d'augmenter les protections du CDI pour le rapprocher du CDD, et non l'inverse

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.