LE PROBLEME N’EST PAS LA VOITURE MAIS LE CARBURANT !

8 milliards d’euros pour rien et un bon foutage de gueule. Non la prime à la casse n’est pas écologique. Le problème n’est pas le véhicule mais le carburant ! Il n’y a jamais eu de problème d’autonomie des véhicules électriques. Comme naguère pour le pétrole tout est fait pour que le nucléaire reste incontournable.

ruine de camion. © Photo-Libre.fr ruine de camion. © Photo-Libre.fr
8 milliards d’euros pour rien et un bon foutage de gueule, voilà ce que le citoyen Macron nous sert en matière d’écologie. Le GIEC ne cesse de rappeler que la première cause des émissions des gaz à effet de serre est … l’élevage, pas les transports !
Alors donc on nous ressort les mesures Sarkozy qui nous expliquait que le bonus malus n’allait rien coûter à l’état et dont la prime à la casse a mis à mal le réseau de l’occasion et réduit à la faillite des milliers de garagistes. Ainsi le président Shadok veut que la France soit à la pointe de l’électrique et en même temps donne une prime pour l’achat… d’un diesel. Pourquoi voulez-vous qu’une entreprise baisse ses prix si l’on bénéficie d’une prime allant jusqu’à 12000 € ? Le syndrome APL va encore frapper ! Renault a refusé de mettre en production son modèle de voiture électrique à moins de 10 000€ considérée non rentable alors qu’en même temps l’entreprise versait 4 milliards de dividendes selon le célèbre cégétiste moustachu.
Non la prime à la casse n’est pas écologique surtout quand on pond une loi pour lutter contre l’obsolescence programmée ! Relancer le secteur de l’automobile alors que depuis le déconfinement les concessionnaires ne savent plus où donner de la tête ? Non, le but inavoué est de subventionner un secteur que l’on n’a pas su faire évoluer vers le véhicule du XXIème siècle, ce qui n’empêchera pas Renault de supprimer plus de 4600 emplois en France.
Ne prenez pas le citoyen très pro nucléaire Bruno LeMaire pour un LR de l’année ; comme naguère pour le pétrole tout est fait pour que le nucléaire reste incontournable.
Car le problème n’est pas le véhicule mais le carburant !
Le moteur que Rudolf Diesel a inventé fonctionnait à l’huile végétale, le moteur essence lui peut fonctionner à l’éthanol. Ne pouvant fournir la demande, tous les ans la France doit importer de l’étranger 44 milliards d’euros de gas oil et doit vendre son excédent d’essence à vil prix ; un joli trou dans notre balance commerciale (sans même évoquer le coût faramineux à la sécu de la pollution de l’air). Faut-il rappeler que l’Etat taxe toujours moins le gasoil que l’essence ? Alors que l’on cherche des débouchés au monde paysan pourquoi vouloir tuer le moteur explosion ? Ces biocarburants peuvent, cerise sur le gâteau, être cultivés sur des terres polluées et participer doublement à la dépollution de la planète. *
Il n’y a jamais eu de problème d’autonomie des véhicules électriques. Le véhicule électrique a certes de gros avantages, à commencer par le silence mais à condition de ne pas faire des usines à gaz comme devoir recharger les batteries sur des bornes. L’Etat Shadok dépense depuis des lustres plus d’une centaine de millions d’euros par an pour installer des bornes de recharge alors que Renault avait financé pour 900 millions d’euros en Israël le système « Better Place » qui permet de changer de batterie en moins de 1 minute ! Et qui croyez-vous qui sabota l’innovation ? Carlos Ghosn [Lire: Quand Carlos Ghosn sabotait le développement du véhicule électrique ]
Où est l’Etat stratège ?
Faut-il rappeler que l’Etat (nous) est actionnaire de Renault et depuis que l’on a sauvé de la faillite, Peugeot (dont la famille éponyme propriétaire est une des plus grosse fortune de France). Non content d’avoir licencié plus de 1 500 employés, pensez-vous qu’ils ont été réembauchés ? Bah non, l’entreprise a racheté Opel contribuant à encore plus de chômage. Car les fusions/acquisitions dont se délectent les éconocastes créent 4 fois plus de perte d’emplois que les délocalisations d’après le « Dessous Des Cartes » d’Arte. Nul besoin de venir de Jupiter pour l’observer, il suffit de nous rappeler le rachat de Good Year par Michelin (Les licenciés de Good Year viennent tout juste d’obtenir justice après 6 ans de galère, de stress et de malheur).
Il faut un audit systématique !
Carlos Tavarès PDG de Peugeot qui gagne 7 millions d’euros par an reconnaissait le 1er mars 2020 sur RTL/LCI que si le groupe PSA était passé en 15 ans de 126 000 à 51 000 salariés c’était pour « conserver nos marges bénéficiaires » ; Rachida Dati a touché de Renault 900 000 € en 2 ans pour conseiller au développement de la marque au Magreb.
Comment l’Etat peut-il nourrir des coucous dans son nid ? Pire, participer à des conflits d’intérêts voire prêter le main forte aux lobbies?
Le problème n’est donc pas le véhicule mais le carburant et la démocratisation de l’automobile. Posséder un véhicule est un non sens pour la plupart d’entre nous qui ne l’utilisons en moyenne moins d’une heure par jour. Une association « Caisse Commune » a démontré qu’on divise par 14 le nombre de véhicules utiles lorsqu’on pratique l’auto partage. Aujourd’hui « l’auto-immobile » squatte et encombre l’espace public. Il est temps de passer au XXIème siècle et développer la voiture autonome en libre-service. Il manque juste la volonté politique.


RomainDesbois

P.S. Jean-Dominique Sénard, le PDG de Renault, présenté comme « patron social » ou « de gauche » s’est répandu ce dimanche 31 mai sur LCI et RTL. Le brave homme s’est dit très touché par l’inquiétude que son plan de restructuration a fait naître chez les salariés du groupe et s’engage « à les aider trouver un avenir » (sic). Jamais langue de bois n’a été aussi fleurie. Ce Hussard de la République a remplacé Ghosn après avoir fait carrière à la Compagnie Française des Pétroles (TOTAL) et sévit chez Michelin. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Dominique_Senard) n’hésite pas à affirmer qu’il faut supprimer un jour de congé payer et confirme un accord d’entreprise de 8h de travail supplémentaire par semaine chez Renault. « Il faut que les français travaillent plus » ose-t-il affirmer après avoir annoncé la suppression de 15 000 emplois dans le monde.
Gardez-nous des patrons de gauche, il y a déjà tant à faire avec les patrons de droite.
RD

* Lire: Qui veut tuer les agrocarburants?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.