Ma lettre à Elysée

Et Réponses

 

Il vous en souvient peut-être que j’avais écrit une jolie lettre (ici) à notre Locataire de l’Elysée et à quelques Elus.

 

Et bien j’ai eu des réponses. Deux. En tout.

 

En voici une :

Pr%2525C3%2525A9sidence%252520RF.gif

SCP/CdO/E059674

Cher Monsieur,

Votre courrier du 28 juillet 2011 est bien parvenu à la Présidence de la République.

J'ai été chargé de vous informer qu'il en a été pris connaissance.

Bien cordialement.

Le Chef de Cabinet

Guillaume LAMBERT

 

 

Et voici l’autre :

 

Monsieur,

Anny Poursinoff me charge de vous transmettre ses remerciements pour ce
courrier.
Aujourd'hui, il est de notre devoir à toutes et tous de sortir du
nucléaire, encore faut-il que le gouvernement actuel en prenne la mesure
et que les experts, à l'IRSN et ailleurs, soient réellement indépendants.

Cordialement

Pour Mme Poursinoff, son bureau

 

Bien sûr, je ne m’attendais pas à mieux.

 

Si. Tout de même un peu. De la part de nos Elus. Au moins.

 

 

 

 

 

Hier, en fin d’après-midi j’ai posé ce commentaire (entre autres!) sur le Blog de notre « voisin » Paul Quilès (ici)

 

Merci Mr Quilès pour cette porte ouverte.

 

· Le Parlement européen, n’a droit qu’à une opinion non contraignante sur les sujets nucléaires.

 

Je me trompe? Merci de nous préciser ce qu'il en est.

 

Je suis pour le scénario n°2, compte tenu des désastres générés par les deux catastrophes de Tchernobyl et Fukushima. Et seulement pour cette raison, je trouve cela humainement insupportable.

 

Actuellement 14 réacteurs sur 55 fonctionnent au Japon. Il est vrai que la part de l'électricité nucléaire là bas n'est que de 30%.

 

Ce qui rends toute comparaison avec la France difficile, je vous l'accorde, avec notre dépendance de l'ordre de 79% avec 58 réacteurs.

 

Un référendum, pourquoi pas. Mais auparavant il faudra tout dire. Tout.

 

Et ne pas laisser aux seules instances de l'Etat (ASN, IRSN) l'animation du débat préalable.

 

La production d'électricité par l'énergie nucléaire est majoritairement (AREVA-EDF) aux mains de l'Etat.

 

L'Etat ne peut-être juge et partie.

 

Nous avons en France et de part le monde des experts. Ils doivent être invités à ce débat préalable.

 

Dans le pays le plus (proportionnellement à sa population) "nucléarisé", n'y a t-il pas un devoir d''Etat d'éduquer les citoyens davantage quant aux bénéfices/risques de l'utilisation de cette énergie quoiqu'il en soit?

 

Je m'arrête là.... pour aujourd'hui.

 

Vous remerciant pour votre attention et vos réponses.

 

 

Réponse ou pas réponse ???

 

A suivre...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.