urszula mikos
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 déc. 2020

Vaccins : l’impossible confiance.

Le gouvernement se débat pour promouvoir la vaccination anti-Covid. Incapable de présenter des rapports fiables sur son efficacité et son innocuité, il stigmatise tous ceux qui doutent. Nous n'ignorons pas les vertus des vaccins, nous mettons en doute la fiabilité et les motivations de ceux qui les fabriquent.

urszula mikos
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Docilement épaulé par les média mainstream, le gouvernement se débat pour convaincre de la nécessité d’une vaccination anti-Covid. Incapable de présenter des rapports fiables sur l’efficacité et l’innocuité du vaccin, il s’efforce de stigmatiser tout opposant à sa narration victorieuse, le présentant comme un complotiste arriéré, responsable potentiel du renouveau épidémique et de la mort de tous les grands parents français.

Pourtant, sérieusement, à quoi assistons-nous depuis que la pharmacie caracole en tête des industries les plus rentables ? A une série de scandales nommés Dépakine, 5Fu, Distilbène, Finastéride, Endoxan, Vioxx, Médiator, Androcur, Lutéran, Lévothyrox… des vies et des santés ravagées par centaines de milliers ! Mais surtout à la mise en place progressive d’une organisation quasi mafieuse pour empêcher toute lutte contre les méfaits des laboratoires : durée pour agir en justice réduite drastiquement de 30 à 3 ans ! Procédures interminables pour apporter la preuve d’un dommage dû à la prise d’un médicament, concept de défectuosité imposé par L’Europe : la victime doit désormais non seulement démontrer l’imputabilité, mais aussi la défectuosité du produit de santé… autant de leviers pour protéger Big Pharma. Comment garder confiance ? Alors même que pour le vaccin contre le Coronavirus, les laboratoires ont déjà obtenu l’absence de responsabilité juridique en cas d’effets secondaires ou de décès.

Bien sûr, les amishs que nous sommes, n’oublient pas que les vaccins ont permis d’éradiquer ou de maîtriser un grand nombre de fléaux tels la variole, la diphtérie, le tétanos, la fièvre jaune… Ce n’est pas l’intérêt des vaccins que nous mettons en doute mais la fiabilité et les motivations de ceux qui les fabriquent aujourd’hui. Un exemple parmi de trop nombreux autres, un exemple que seul le courage de plusieurs associations et de rares chercheurs a révélé : les ravages causés par de récents vaccins contre la grippe H1N1, l’hépatite B, responsables de plusieurs maladies auto-immunes. Les sels d’aluminium utilisés comme adjuvants dans les vaccins ont généré de nombreux cas de Myofasciite à Macrophages, syndrome de fatigue chronique, encéphalomyélite myalgique (douleurs neuromusculaires, épuisement chronique, troubles de la mémoire) avec 96% des malades en invalidité, dont les ¾ en invalidité totale. Si l’organisme est censé éliminer l’aluminium en 2 à 3 semaines, chez certains patients, il perdure de nombreux mois et migre dans l’organisme, accédant aux ganglions lymphatiques régionaux puis à des organes distants comme la rate, le foie et le cerveau. Sa neurotoxicité cause alors de nombreuses pathologies que l’industrie pharmaceutique s’efforce de nier : scléroses en plaques post-vaccinales, encéphalomyélites aigues disséminées, certains cas d’autisme… Des erreurs, des approximations qui montrent le véritable visage des laboratoires, leur peu de considération de la santé humaine, leur mauvaise foi. Alors oui, nous nous méfions mais parce que le passé nous y a poussé. C’est ce qu’on nomme l’expérience et aussi notre droit à défendre notre santé. D’autant que les vaccins développés aujourd’hui utilisent une approche génétique qui impose un plus grand recul que les produits jusque là utilisés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse