Vaillant Frantz
Journaliste rédacteur en chef à TV5Monde, biographe et réalisateur
Abonné·e de Mediapart

43 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mai 2015

Japon : les historiens confortent la cause des"Femmes de réconfort"

Vaillant Frantz
Journaliste rédacteur en chef à TV5Monde, biographe et réalisateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelques "femmes de réconfort" dans les bordels gérés par les Japonais © (DR)

Au Japon, les historiens font monter la pression. Avec une belle unanimité, ils exhortent le Premier ministre Shinzo Abe à reconnaître la culpabilité japonaise dans l’exploitation des 200 000  femmes asiatiques enrôlées de force dans les bordels de l’armée impériale. Une prise de position inédite.

Cette fois, les historiens japonais ne se sont pas embarrassés de métaphores.  Ce lundi 25 mai,  ils ont écrit au  gouvernement du Premier ministre Shinzo Abe : "Comme des études historiques récentes l’ont démontré, les victimes ont été soumises non seulement à un enrôlement de force, mais également à des conditions d’exploitation sexuelle qui ont violé leurs droits humains fondamentaux."

La suite est plus cinglante : "En continuant à adopter une attitude irresponsable consistant à nier l’existence de l’esclavage sexuel au sein de l’armée japonaise pendant la guerre, certains politiciens et une partie des médias font passer le message au reste du monde que le Japon ne respecte pas les droits de l’Homme".
Et cette fois, impossible pour le gouvernement de Shinzo Abe de ne pas entendre. Le communiqué  a été signé par seize organisations académiques incluant quatre des plus importantes associations universitaires du pays, fortes chacune de plus de 2000 membres.


Au total, 13.800 historiens ont donc signé cette déclaration. "Elle représente la position générale de tous les historiens du Japon " résume Toru Kubo, président de la Société historique des sciences du Japon.

Tokyo, aujourd'hui. © Frantz Vaillant


Plus jeunes elles sont, meilleure est la qualité

Tous exhortent  le Premier Ministre à reconnaître la responsabilité du Japon dans l’exploitation des "femmes de réconfort"- terrible euphémisme japonais - c'est à dire à reconnaître sa pleine responsabilité concernant le sort de ces 200 000 femmes, souvent des adolescentes,   enrôlées de force dans les bordels de l’armée impériale nippone. Elles étaient Coréennes, Birmanes, Indonésiennes, Chinoises,
Singapouriennes et Philippines.
La machine, elle, était parfaitement rodée.

Aso Tetsuo, médecin militaire japonais, avait en charge la bonne gestion de ces bordels à Shanghai. Sans ciller, il écrit dans un rapport qu'il transmet alors à sa hiérarchie : "C'est un contraste intéressant de voir parmi les Coréennes beaucoup de jeunes débutantes sans expérience... plus jeunes elles sont, meilleure est la qualité. Les femmes trop usées doivent être exclues sans scrupules. Quel que soit leur état de santé, elles représentent un cadeau bien douteux à offrir aux soldats de l'armée impériale."

La publication de ce communiqué au vitriol  ne doit rien au hasard.
Shinzo Abe doit célébrer le 70e anniversaire de la fin (côté japonais) de la seconde guerre mondiale  le 15 août prochain et, misant sur les célébrations à venir, la société civile accentue la pression pour  que les autorités reconnaissent les drames engendrés par la  situation coloniale d'alors, quand la violence sexuelle était collectivement organisée.

© (DR)

-

Il y  va de la dignité de ces femmes dont le destin fut broyé par cette machine à opprimer. Celles qui ne moururent pas des suites de ces violences furent rejetés par leurs familles, voisins et amis, des malheureuses  emmurées vivantes dans un mutisme  fait de honte et de culpabilité. Ignorées, mises à l'écart, stigmatisées pour avoir couché avec l'ennemi.

L'affaire des "femmes de réconfort" est un caillou dans la chaussure du pouvoir japonais depuis la révélation de ce scandale, en 1993, par Yoshimi Yoshiaki, un chercheur japonais.

Pour Shinzo Abe, difficile, sinon impossible, de poursuivre son chemin diplomatique sans qu'on lui rappelle ce passé qui ne passe décidément pas.

© (DR)

A peine 53 survivantes

Le 23 avril dernier à Washington, lors d'une conférence de presse avec Barack Obama à la Maison Blanche,  évoquant le sort de ces malheureuses, Shinzo Abe s'était dit "profondément peiné" par le sort de ces femmes "qui ont subi des souffrances incommensurables en tant que victimes du trafic d'êtres humains. (...) Le Japon a déjà pris différentes initiatives pour apporter une aide réaliste aux "femmes de réconfort".

Une compassion, certes, mais aucune excuse officielle. Et la présence  deux jours plus tard, de Lee Yong-soo, 86 ans, une ancienne esclave sexuelle coréenne, devant le Congrès américain venue  pour assister au discours du Premier ministre japonais ne semblait pas l'avoir ému plus que cela.

Il y a pourtant urgence à reconnaître ces crimes de guerre.

Park Geun-Hye, la Présidente de Corée du Sud déclarait : "Cette année, deux femmes de réconfort sont décédées sans avoir pu guérir de leurs cicatrices qui ont blessé profondément leur vie. Nous avons maintenant seulement 53 survivantes âgées en moyenne de 90 ans. Le temps pour rétablir leur honneur nous est compté."

Toru Kubo, le président de la Société historique des sciences du Japon, a lancé comme un avertissement après la divulgation de ce communiqué  historique : "Les politiciens et les autres ne devraient pas parler ou de se comporter de façon irresponsable, sans tenir compte désormais de faits confirmés par les historiens".


A bon entendeur ?

(Article paru sur le site de TV5Monde : )


Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras