Valérie de Saint-Do
Journaliste et auteur
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 oct. 2018

Valérie de Saint-Do
Journaliste et auteur
Abonné·e de Mediapart

De l'air !

Présentée jusqu'à samedi 20 octobre à l'Echangeur de Bagnolet, Entre raconte l'histoire vraie d'un jeune Iranien qui a vécu 16 ans au terminal de Roissy, coincé dans l'absurdité kafkaienne du refoulement au frontière. La Compagnie Les Singuliers font de cette tragédie bouffonne un moment de grâce entre théâtre, danse et cirque. À voir absolument!

Valérie de Saint-Do
Journaliste et auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Ceux qui prennent l'avion connaissent la vacance. Celle de ces zones de transit, toutes les mêmes sans être identiques que sont les salles d'embarquement, les zones commerciales, les interminables corridors des aéroports. Ces lieux où, entre deux ports, on met entre parenthèses, en vacance avant possible vacances.

Pour Merhan Kassimi Nasseri, Iranien interdit d'entrée en France, en Angleterre, en Iran, et partout, la parenthèse a duré seize ans au Terminal 1 de Roissy. Seize ans à se cogner contre les murs d'une prison très spéciale entre annonces de décollages et atterrissages, planque dans les toilettes, incessantes rebuffades de l'idiotie et le bureaucratie ambiante. Rien d'une suspension légère de la vie,  tout  d'un enfer en forme de limbes aseptisées,sans flamme et sans autre diables que des humains robotisés par l'uniforme.

Une histoire vraie si théâtrale, ça devient casse gueule de la transposer à la scène. Mais le casse gueule n'est pas pour effrayer Vincent Berhaut qui transforme précisément cette tranche de non vie en un radieux moment de funambulisme entre tragédie et boufonnerie, jeu et acrobatie, mots et gestes.

Xavier Kim et Gregory Kamoun/ Entre (à l'Echangeur de Bagnolet)

Potelets, fauteuils, plaques de verres, sangles de sécurité : le dispositif scénique de Plug in circus se construit et déconstruit souplement au cours du spectacle, la salle et les files d'attente mutent en ring ou pistes d'un music hall dérisoire. Cette tragédie de l'absurde absolu, Vincent Berhault a choisi de la faire décoller vers la légèreté, et il y réussit. Ça tient à une sorcellerie du détail et de l'attraction des contraire. Au commencement est le sorcier du son, Benjamin Colin, qui rythme à vue, distille l'ironie burlesque, l'angoisse, le grave sur lequel évolue un quatuor de virtuoses.

Quatuor, duos, solos. Entre est à la fois tragédie, chorégraphie, récit, théâtre de l'absurde. Trois interprètes prêtent leur corps et leur voix au parcours encagé de Merhan Kassimi Naceri : Barthélémy Goudet, révélation qui oscille sans cesse du burlesque au poignant, et livre avec le comédien/ slameur Toma Roche un duo/ duel jubilatoire de clowns graves ; Gregory Kaman et Xavier Kim, danseurs et circassiens félins, portant toute l'énergie du désespoir d'un corps ne cessant de se cogner, physiquement, aux frontières de la bêtise bureauratique. Cinq garçons dans le vent (« où sont les femmes ? » est la rare réserve qu'on peut apporter au spectacle !), dans l'insoutenable lourdeur de l'oppression et la jubilatoire légèreté des corps.

Bien sûr, on évoquera Ubu, pour toutes ces figures de l'éternelle bêtise en uniforme avec tant de brio par Toma Roche ; on pensera à Kafka lors du rétrécissement pathétique de la figure humiliée de Barthélémy Goudet et aux tentatives belles et désespérées des danseurs de sortir du cercle infernal. On restera sidéré de la force symbolique de cette histoire en ce moment qui rejette et massacre tout ceux qui n'ont pas l'heur de passer le regard mauvais du fonctionanire d'aéroport. Mais là où Entre frappe fort, c'est en préférant la légèreté de l'enchantement à l'assomoir de la mauvaise conscience. Cette dissection au scalpel de la connerie humaine aurait pu ou dû nous plomber : elle nous allège, comme par un triomphe de l'art, du geste, du rire sur la bêtise et la domination. Le tragique se fait grâce, et c'est rare.

Valérie de Saint-Do

Jusqu'à samedi 20 octobre, à l'Échangeur de Bagnolet.samedi à 17h30 - avant la dernière représentation de ENTRE, le circassien Vincent Berhault et l'anthropologue Cedric Parizot présenteront Chroniques à la frontière.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze