Valérie de Saint-Do
Journaliste et auteur
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 févr. 2012

Des biens publics de très haute nécessité (version intégrale)

Cessons de tergiverser. Si la culture ne devient pas aujourd'hui l'un des fers de lance des programmes de nos partis de gauche, nous aurons perdu, quoi qu'il advienne.

Valérie de Saint-Do
Journaliste et auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cessons de tergiverser. Si la culture ne devient pas aujourd'hui l'un des fers de lance des programmes de nos partis de gauche, nous aurons perdu, quoi qu'il advienne. Si leurs représentants ne perçoivent pas le caractère fondamental de l'enjeu, nous aurons - même en cas de victoire - cédé à la déferlante ultralibérale qui cherche à détruire à l'échelle mondiale les outils de l'esprit, pour réduire les humains à d'efficaces machines à produire et à consommer.

Ateliers des cemea à Avignon © 


De quoi parlons-nous ?

Il s'agit de défendre, dans la grande filiation de l'Éducation populaire, la mise en circulation démocratique - et l'usage - des outils et des œuvres de l'esprit.

Si ce combat est aussi fondamental que celui de l'écologie, c'est que ces outils et ces œuvres, de la langue qui nous constitue à tous les langages que nous avons inventés, inventons et inventerons, sont les premiers matériaux de la construction de l'humain.

Un être humain pensant, rêvant, imaginant. Non une machine à l'apparence humaine.
Nous revendiquons la culture de tous par tous. Aux marchands de sons et d'images comme aux tenants de l'élitaire pour quelques-uns, nous opposons un partage du sensible (1) irréductible au seul partage de fichiers. Internet peut être un puissant vecteur de découverte et de savoir, et l'abrogation de la sinistre loi Hadopi est un préalable indispensable. Mais insuffisant. Là où d'aucuns parlent d'accès à la culture nous parlons d'appropriation, de pratique, d'échange. Un usage qui ne saurait se réduire à la consommation illimitée de musique et d'images sur le web, sauf à se satisfaire d'une culture pour chacun qui fait du citoyen une cible marketing et un consommateur avide de ce qu'il connaît déjà ! 
Les néoconservateurs ne s'y trompent pas, qui utilisent l'industrie culturelle comme rouleau-compresseur des imaginaires.
Comment une politique culturelle pourra-t-elle favoriser la circulation du sensible et du symbolique ? En prenant soin, partout, des jeunes pousses, en acceptant la mauvaise herbe, en refusant l'excellence surannée qui paralyse comme la démagogie consumériste qui transforme l'art en produit. En opposant aux logiques pyramidales la reconnaissance des initiatives de terrain. Il ne s'agit pas uniquement, suivant la formule de Malraux, de «rendre accessibles les plus grandes œuvres au plus grand nombre», mais de reconnaître en chacun l'auteur potentiel. Ce n'est pas – seulement – une question de moyens, mais de partage des richesses, d'abolition des privilèges. Et de volonté politique.
Nous revendiquons l'art et la culture comme instruments d'humanité, outils d'intelligibilité du monde et d'invention du futur, langages d'élucidation d'une société de plus en plus complexe, armes de l'imaginaire face à la tyrannie d'une réalité qui ne souffrirait aucune alternative. Nous affirmons que dans ce combat pour un autre monde – non seulement possible, mais indispensable – , les outils du rêve, de l'affect, sont aussi nécessaires que ceux de la raison et du militantisme politique.
Cette ambition ne saurait être l'apanage d'un seul ministère. L'habitat, les rapports sociaux, l'éducation, le travail, l'aménagement du territoire, les bouleversements technologiques sont des questions culturelles ! Une politique culturelle pour aujourd'hui sera transversale ou ne sera pas. Elle ne saurait obéir ni aux logiques manageriales de l'évaluation ni aux statistiques de fréquentation. Elle devra être démocratique, s'appuyer sur l'effervescence des expériences, observer sans mettre sous tutelle, soutenir sans stériliser par des labels. Laissons les AOC aux produits du commerce. Prenons la culture et l'art pour ce qu'ils sont : des biens publics de très haute nécessité portant l'exigence d'un service public refondé.
Alors, peut-être ce mot, culture, n'est-il plus adapté au combat que nous menons ! Peut-être, pour nous faire entendre, devrons-nous en inventer ou en choisir un autre. Peut-être renvoie-t-il trop dans notre langue à une longue histoire de monarchies, à des clivages sociaux persistants, à cette distinction dont parlait Pierre Bourdieu… Pour notre part, nous avons choisi. Nous parlerons de préférence de l'univers du symbole. Pourquoi ce choix ? Pour distinguer clairement cet univers de celui de la quantité, du chiffre, auquel la machine ultralibérale veut tout soumettre, y compris ce qui est d'évidence incalculable. Pour d'emblée faire entendre que nous ne nous contenterons pas de la défense d'un trésor patrimonial, ni d'une culture d'élite dont il s'agit de faciliter l'accès aux classes laborieuses.

Comme l'a montré le regroupement de l'Appel des appels qui réunit autour d'un socle de valeurs fondamentales des représentants de corps de métiers aussi apparemment éloignés les uns des autres que la justice, le journalisme, la médecine, la psychiatrie ou l'Éducation, c'est là, aujourd'hui, que le combat se joue. Dans une résistance absolue à cette évaluation chiffrée qui a pour but d'éliminer tout ce qui, dans les œuvres humaines, est de l'ordre de l'échange, de l'imaginaire et, comme l'écrivirent si justement Patrick Chamoiseau et Édouard Glissant, de la relation, ce mot puissant qu'employa aussi Peter Brook.
Si nous voulons être à même de la décliner à tous les niveaux de notre réalité, cette vision doit d'abord être pensée et considérée comme une donnée essentielle. Et mise, d'urgence, au premier plan des projets politiques.


Nicolas Roméas et Valérie de Saint-Do

Cassandre/Horschamp
www.horschamp.org

1- Titre d'un bel ouvrage de Jacques Rancière (éditions la Fabrique)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI