Halte à la virilité tentatrice !

Je voudrais demander à tous les hommes de mon entourage de ne plus porter de jeans moulants. En effet, j'ai un goût prononcé pour les fesses masculines et leur vue m'occasionne toujours une montée de dopamine qui me transforme en tigresse. Je salive, perds mon sang-froid...

Henry Cavill Henry Cavill
Je voudrais demander à tous les hommes de mon entourage de ne plus porter de jeans moulants. En effet, j'ai un goût prononcé pour les fesses masculines et leur vue m'occasionne toujours une montée de dopamine qui me transforme en tigresse. Je salive, perds mon sang-froid… c'est vraiment très difficile de me retenir et franchement, je trouve ça assez égoïste de votre part de m'obliger à contenir tout ce désir sexuel qui me déstabilise !

D'ailleurs, pendant qu'on y est, peut-être seriez-vous bien avisés de porter des cols roulés ou des écharpes car - et je ne me l'explique pas - vos nuques m'excitent au plus haut point. Tout à coup, je n'ai plus qu'une obsession, poser mes mains dessus, puis mes lèvres, les renifler, les goûter… et ensuite je ne répondrais plus de rien, c'est sûr. Vous ne pourrez pas dire que je ne vous ai pas prévenus !

Cela dit, heureusement que l'hiver arrive ! car tous ces torses bien moulés dans des simple tee-shirts m'enflammaient à un point tel que la plupart du temps, littéralement envahie d'œstrogènes, je devais m'éloigner afin de refréner mes ardeurs. Plus d'une fois je me suis surprise à ne pas écouter ce qu'un homme me disait, trop affriolée par ce torse qui me tentait honteusement et contre lequel j'éprouvais le besoin quasi animal de me frotter. Un vrai tourment, croyez-moi. Donc si vous pouviez opter pour des pulls larges et mieux encore avec une veste par-dessus, pour bien faire disparaître ces formes tentatrices, ça m'aiderait énormément à vous considérer pour ce que vous êtes, et non comme un dessert potentiel.

Bref, tout ça pour vous dire que c'est vraiment trop dur de vous résister et qu'au minimum vous devriez avoir un peu de compassion pour nous, les pauvres femmes hétéros. Arrêtez de vous parfumer par exemple ! vous croiser dans la rue et se faire capturer par vos essences musqués, c'est un supplice ! Cessez de vous laisser pousser ces magnifiques barbes de trois jours qui vous rendent si virils et qui titillent nos fantasmes de jeunes filles romantiques !

Un effort que diantre ! Ce n'est pas beaucoup vous demander me semble-t-il, pour que la femme puisse enfin vivre en paix.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.