L'ESPRIT DES LIEUX

Au détour de la fuite des temps...

 

Après de longues années d’errance, chemin faisant, sa route aventureuse l’avait ramené sur les traces de son enfance, comme un long pèlerinage initiatique en terre sainte. Le clair de lune laissait place à l’aube douce et pâle du petit matin. Humant l’air frais des premières lueurs du jour, il scrutait attentivement ce nouvel univers qu’il semblait découvrir pour la première fois de son existence.

Le temps semblait suspendu à quelques secondes d’éternité. Son esprit embrumé, avait du mal à discerner les liens invisibles qui le reliaient à cette intemporalité engloutie dans les méandres du destin. Passé, présent se mélangeaient en interminables spirales dans un méli-mélo confus et parasitaient toute capacité de réflexion. Les souvenirs anciens se juxtaposaient pêle-mêle et se superposaient à la réalité d’un quotidien défait.

L’esprit de ces lieux troublait sa capacité à réfléchir, à penser, à agir. Il se diluait corps et âme dans le tourbillon émotionnel des profondeurs de ses ressacs. Jamais elle ne va, le bouquet de roses. Jamais il ne vient, le désordre des choses.

L’étang  figé dans la brume, les premiers  lilas en fleurs, les caquètements de la basse cour, le chant des grenouilles, la délicieuse odeur de pain frais, les champignons sous la mousse,  le rire des enfants, le tintement des cloches, l’enfant de cœur auréolé de gloire.

Tout était là, intact, immuable, gravé dans le marbre. Le bruit, les odeurs, les images en  flash-back. Mille fragrances évaporées  traduisaient en notes enivrantes autant d'émotions indescriptibles. Chaque lien le ramenait à la vie d’antan qui animait ce hameau au fil des histoires, des amours, des chagrins, des joies et des peines. Les générations tissaient le fil de son roman tandis qu’au prélude des ouvertures, il essayait de suivre le poème de son destin intimement lié à cette famille éparpillée.

 Baigné de la lumière d’un monde sans lendemain, l’enchantement du réel reproduisait à l’infini la concordance des temps. Emblème de liaison et d’unification, cet ascenseur temporel l’invitait à suivre les lignes de sa vie filant entre les âges comme le nœud sans fin de l’infini.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.