QUELQUES PETITS RIENS

Nous avions toujours 20 ans. L’insouciance de notre jeunesse nous avait soustraits à l’impétuosité de la vie. Au long cours des évènements, ces belles années de nonchalance avaient pris la poudre d’escampette, plus rien à envier, plus grand-chose à espérer.

 

Racines originelles © Vent d'Autan Racines originelles © Vent d'Autan

Le temps est passé si vite que c’est à se demander si on ne s’est pas fait avoir. Allez donc savoir, cela semble tout aussi irréaliste qu’un tableau de Dali! À croire que les dés étaient pipés d’avance et que sans grande conscience, nous étions devenus pantomimes de ce prestigieux tour de passe-passe.

Bien sur, nous avions imaginé être invincibles, immuables, intouchables, comme si l’estampille des temps ne pouvait avoir aucune emprise sur nos folles destinées. Et nous nous accrochions tant et plus à cette illusion fortuite. Sans jamais rechigner nous avions embarqué sur ce radeau de fortune, fins prêts pour affronter les plus hautes eaux. Et vogue la galère ! Aucun d’entre nous n’aurait pu imaginer quelconque épilogue au prélude de cette croisade à l’encontre de ce continent inconnu. Et pourtant…

Nous avions toujours 20 ans. L’insouciance de notre jeunesse nous avait soustraits à l’impétuosité de la vie. Au long cours des évènements, ces belles années de nonchalance avaient pris la poudre d’escampette, plus rien à envier, plus grand-chose à espérer. À l’abri des regards, tapi dans de nombreux secrets de tiroirs, un fouillis de boites à souvenirs emplies de pans entiers de chroniques de vies aux coins écornés, compilées en clichés noir et blanc.

Ni remord, ni regret, juste ce tourbillonnant tête à tête avec cette réalité des choses, celle que l’on avait bien voulu occulter dans un coin d’oubli et qui tout à coup ressurgissait  presque cruelle, criante de lucidité, fulminante de vérité.  Sous l'effet de l'enchantement des Sirènes, le retour de cette nostalgique rétrospective au temps des remous.

Les jours, les mois, les années et les décennies avaient filé à la vitesse de la lumière, engloutis dans cette fulgurance des instants, concassés par les cauchemars des incertitudes. L’enfance édulcorée, l’école primaire, la cour de récré, le collège puis le lycée, les garçons et les filles, enfantillages et balbutiements. Premiers regards, premiers flirts, premiers baisers, ces émois qui pétillent et qui émoustillent, éclosion de fleurs de tendresse, papillons de jouvence butinant la sève du monde.

Dans les fumerolles du brasier ardent, la jeunesse danse, emplie de cette abondance dionysiaque, ivresse sans cesse métamorphosée. Bousculée par les forces telluriques ancestrales, la sève de la vie la grise des feux de l’ardeur. A chaque âge, une traversée au travers du foisonnement de la densité des choses, et à l’aube de ce monde originel, la métamorphose, promesse d’aube nouvelle. 

Brusquement, sans prévenir, telle une volée de moineaux, chacun s’était éparpillé aux quatre coins de lieux inexplorés, au gré de destinés bousculées par les flux de l’évolution, souvent imposés par un parcours professionnel. Tendres et fragiles à la fois, les petits pioupious venaient de quitter le nid pour s’envoler de leurs propres ailes encore coiffées de cette bourre de duvet cotonneux. Le ciel pouvait bien attendre la suite. Onde abstraite et immatérielle, le temps nous avait filé entre les doigts.

A l’aube de ces lendemains qui embrasent les cœurs, tant de nouvelles vies chevillées au corps, de nouvelles lignes d’horizons en vue et de nouveaux rivages inconnus à parcourir. Palpitante intensité d’un univers à la découverte de cette tranche de vie exaltée, vibrant appel de l’élan vital du ruissellement des âges. Émergeant d’un long sommeil, la soudaine apparition d’une fenêtre ouverte à tant d’autres manières d’être au monde. Folie des ardeurs, ivresse des grandeurs.

Curieux personnages aux multiples facettes de ce petit théâtre, où dans les vestibules sans tain errait une kyrielle de noms de parfaits inconnus, à côtoyer, à endosser, à incarner entre innombrables ardeurs et exaltations. Des hauts, puis des bas, parsemés d'intenses périodes de fulgurances et d’autres bien plus affligeantes.

C’est à la primeur de ces échanges que s’enflammaient de frivoles passions, parfois auréolées d’ardeurs torrentielles, qui nous évoquaient tantôt un paysage, un endroit ou une effervescence, au point de faire un bout de route ensemble, quand l’amour susurrait à nos sens en éveil, son éternel refrain.

A présent, il est temps de regarder les choses sous un autre angle, prendre la peine de se retourner, retrouver la trace des évènements et s’imprégner du passage des faits marquants de ces parcours atypiques vers cette liberté de conscience. Une itinérance à remonter  le temps jusqu’aux premiers temps des origines, à la source de la vie. Un recueillement quasi intimiste qui nous permette de mieux contempler l’œuvre accomplie ainsi que la force des symboles parsemés au fil de l’existence.

Guetteurs solitaires en proie au royaume des vents et des goélands, il nous faudra percer la torpeur de chaque nuit, harponner les mystères des profondeurs, démultiplier les forces vives face aux échecs répétés, raviver la flamme du brasier ardent, ressusciter la folle envie de liberté qui nous brulait les ailes.

Disponibles pour accueillir l’inattendu, s'imaginer dans les pas de ce qui a bien pu marquer tant d’autres générations auparavant. Faire ce lien indissociable et indispensable entre passé et présent, trait d’union de la transmission. Sans doute nous faudra t’il prendre un brin de recul ou bien un grain d’altitude pour contempler, admirer, s’imprégner de cette incontournable sagesse d’être.

Avions-nous pu, un seul instant, imaginer nos propres vies paraphées telle une partition de musique ? Douce symphonie que chacun d’entre nous aurait composé à sa façon, avec sa philosophie, sa richesse et sa ferveur, inspirée par notre seul talent de virtuose, harmonique du vivant.

Quelques notes prises à la volée, et le cœur serré, se dire que cette époque fait peut-être partie intégrante du passé, un peu comme si l’on appartenait déjà à un temps désuet, définitivement révolu, en passe de désaffection. Toute espérance, toute consolation, désormais vaines.

Du haut de cette vigie, l’espace apparait bien plus étroit, ces hommes et ces femmes parcourant cette temporalité ambulante, perpétuent la longue tradition des nomades itinérants. L’histoire se répète avec le sens de l'accomplissement d'un certain devoir de succession. Au fin fond de nos certitudes, advienne l'instant d'infinitude.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.