vent d'autan
Je ne suis qu'un rêveur...
Abonné·e de Mediapart

186 Billets

3 Éditions

Billet de blog 23 mars 2021

UN JOUR HORS DU TEMPS

« La plus belle chose dont on puisse faire l’expérience, c’est le mystère » Albert Einstein

vent d'autan
Je ne suis qu'un rêveur...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aussi futile soit-elle, la vie nous file inexorablement entre les doigts, agitant au plus profond de nos fors intérieurs, une intense succession de désirs inassouvis. Impression d’intense vulnérabilité qui fait ressurgir l’intégralité de ces intimes difficultés  agrippées à l’écho de la fuite dans la nuit. Égrappant une à une les pages du livre de nos existences, la ritournelle des jours en rimes de Di martèle le tempo des farandoles des cours de récré.  Sempiternel allégro de la symphonie des doux murmures éclatés des bulles de chewing-gum.

Les doigts maculés d’encre de chine et les poches pleines, débordant de papier de bonbons, le temps n’a point d’empiétement sur le rire des enfants, chargés de cette excitation espiègle dont eux seuls possèdent jalousement le secret, sauvagement gardé au fond de leurs âmes candides. Dans l’arrière cours, cœur d’activités de joyeux divertissements, jeux de cache-cache et de trappe-trappe lissent en douceur la courbe de la postérité, avant que la cloche ne sonne la fin de partie.

Calé au fond du cartable à bretelles, entre la boite à couleurs et la trousse aux trésors, ce doudou au parfum d’innocence que chacun traine au fil de ses propres errances, mémorable compagnon d’infortune aux vertus charismatiques d’ange gardien et d’objet fétiche. Et toutes ces années qui passent au travers du crible grossier de mailles de plus en plus serrées, prisonnières d’un éternel silence. Poussières du temps à l’arrière d'écrans de fumée, scènes de déjà vu, de déjà vécu, entre enthousiasme et émerveillement. Quand l’ingénuité s’interroge sur le prochain bouleversement qui pointe en bordure de l’horizon.

Cet enfant intérieur, remisé au fin fond d’un placard à souvenirs, sciemment délaissé au profit du futur adulte en devenir. Condition sine qua non pour un jour d'autan déployer ses ailes et grandir enfin. Cruel dilemme, terrible alternative, comme si l’un et l’autre se devaient d’interférer enfin de pouvoir exister, l’un sans l’autre. L’univers édulcoré de l’enfance sacrifiée sur l’autel d’accession à ce dantesque monde d’adultes. Divine comédie échevelée dont le mystère perdure dans l’impatience de l’essence de la vie.

Qu’il pleuve ou qu’il vente, les gouttes de pluie nous réveillent de notre impétrante torpeur. Un jour, hors du temps, d’où vient cette légère insouciance pour nous aider à nous retrouver, à nous reconnecter à cette part fragile, origine de notre appartenance, dont nous avons perdu le contact au fil de nos perditions. Combien de chemins empruntés dans l’étreinte et la trépidation de vies exaltées ? Combien de moments précieux laissés à la porte du monde d’Alice et de chacune de ses merveilles ?

La transition crée le flux entre l’être et l’existence. En déambulant hors des sentiers battus pour s’abandonner à ces souvenirs qui en rappellent tant d’autres, cette douceur de vivre faisant jaillir quelques pensées laissées inachevées à travers le brouillard de nos ennuis. A vol d’oiseau, entre papillons et libellules, quelque part aux portes de l’inconnu à se laisser porter et s’enthousiasmer de la diversité des paysages où s’épanouit la part de mystère, incroyable richesse  de l’équilibre des sens.

Tout le talent d’une œuvre composée de quelques coups de pinceaux ci et là, saupoudrée d’une part de rêverie surlignée de traits de fusain couleurs pastel. Sur la pointe des pieds, à bailler aux corneilles les yeux grands ouverts sur la toile ourlée des jolies courbes d’une guirlande de lignes d’horizons évasifs, tout en scrutant le soleil au travers d’une vieille passoire chinée, jusqu’à raviver nos éphélides sacralisées. Plus qu’à cligner des yeux et se laisser cajoler par la courbe du vent. Infimes particules d’émotions, frêles vestiges d’illumination.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa