Véronique Klein
Multitâche
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

1 Éditions

Billet de blog 3 févr. 2016

Véronique Klein
Multitâche
Abonné·e de Mediapart

Voyage au bout de la nuit

Le collectif Les Possédés, emmené par Rodolphe Dana prend à bras le corps deux monuments de la littérature : Voyage au bout de la nuit de Louis Ferdinand Céline et du côté de chez Swann de Marcel Proust. Le bal est ouvert avec Voyage au bout de la nuit.

Véronique Klein
Multitâche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

imgres

Dans l’espace occupé par quelques tables de tailles différentes qui se transformeront en navire, gratte-ciel, case africaine  soutenues par la  lumière toute  en finesse de Valérie Sigward, la sillhouette de Rodolphe Dana se dessine.  Barbe aussi noire que son regard, blouson de cuir, il avance dans le clair obscur du plateau:  C’est  Place de Clichy que tout commence.  Ferdinand, l’anarchiste, s’engage dans l’armée en voyant  passer un régiment et en le suivant bêtement pour faire la nique au copain Arthur  à qui il vient de dire  «  La race, ce que t’appelle comme ça, c’est seulement ce grand ramassis de miteux dans mon genre, chassieux, puceaux, transis qui ont échoué ici poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus vaincus des quatre coins du monde. Ils ne pouvaient pas aller plus loin à cause de la mer. C’est ça la France et puis c’est ça les français ».  La mauvaise blague tourne au cauchemar, Ferdinand se retrouve enrôlé, soldat de la grande boucherie que fût la guerre le 14-18  " On est puceau de l'horreur comme on l'est de la volupté"  .

C'est avec cet engagement fortuit que commence le voyage au bout de la nuit.   Un voyage qui pue la mort et hurle la vie.  Une course folle à  traves le monde , une traversée fantastique de tous les paysages , toutes les folies, toutes les  misères humaines. Dix vies en une qui toutes se fracassent sur le roc inébranlable de la bêtise humaine.

Ferdinand  quitte  l’enfer  de la  guerre pour rejoindre celui des colonies quelque part dans la forêt équatoriale. Maladies, corruption, nature exaltée, l'Afrique n'offre aucun repos. Il traverse alors l'Atlantique  et  se retrouve à New-York  «  la ville droite » .  Là encore, il y  crève la misère et ne trouve consolation qu'auprès du corps chaud et rond de prostituées.  Un passage dans les usines Ford à Détroit achève le tableau dantesque de l'exploitation de l'homme par l'homme. De retour en France   Ferdinand reprend  ses études de médecine   dont il dira « mes études une fois reprises,  les examens je les ai franchis à hue et à dia ; tout en gagnant ma croûte. Elle est bien défendue la science , je vous le dis, la Faculté, c’est une armoire bien fermée. Beaucoup  de pots et peu de confiture » 

L'écriture de Céline vous prend au corps. Elle  est olfactive visuelle, auditive. On y entend le rire des hyènes, on y sent le cloaque de la guerre et le parfum du bordel. Les mots jaillissent bouillonnants, énormes. Elle éclate de rire aussi,  n'a peur de rien, ose tous les débordements.   L’acteur, entre dans la matière, donne de son corps , massif  et puissant autant qu’il le peut, avec naïveté et une certaine douceur. Il dessine d’un clignement d’yeux, d'une posture, un accent, les  Robinson, Lola et autre colonel Pinson. Pourtant on sent une petite résistance, à moins que ce ne soit une trop grande sagesse à se laisser faire par la langue , se laisser gagner totalement par  son voyage. Timidité qui peut s’expliquer par un soir de première, gageons que l’acteur prendra des libertés au cours des représentations.                                                          

En exergue de son roman  Céline écrivait «  Voyager , c’est bien utile, ça fait travailler l’imagination. Tout le reste n’est que déceptions et fatigues. Notre voyage à nous est entièrement imaginaire , voilà sa force…  Et  puis d’abord tout le monde peut en faire autant . Il suffit de fermer les yeux. C’est de l’autre côté de la vie.       Embarquons !

Voyage au bout de la nuit du 2 au 19 fevrier à 21h

Le coup droit lifté de Marcel Proust du 6 au 19 février à 19h30

Théâtre de la Bastille à Paris / www.theatre-bastille.com/ 01 43 57 42 14

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André