Véronique Klein
Multitâche
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

1 Éditions

Billet de blog 3 oct. 2011

A sec

Véronique Klein
Multitâche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

clôture de l'amour © 

Le plateau s’éclaire violemment, des néons blancs, lui Stan et elle Audrey entrent. Il est devant agité, elle porte un sac et va se trouver littéralement sidérée par l’attaque. « Je voulais te dire que ças’arrête, ça va pas continuer, on va pas continuer, ça va s’arrêter là ». Pendant cinquante minutes, il va lui dire qu’il laquitte, qu’il ne l’aime plus, ne qu’il ne la désire plus. Mettre à mortl’amour. L’indicible, l’inaudible, ilva le lui dire, lui balancer comme autant de coups. « Clôture de l’amour », c’est le titre de la pièce.

Elle encaisse, se courbe un peu, se relève,étrangle un sanglot. Il lui intime de ne pas pleurnicher, elle n’a jamaispleurniché, elle est « la femme la plus fore du monde »« Je m’en vais, je vais faire quelques pas en arrière, je vaissaisir la poignée de la porte, la tourner, ouvrir la porte et sortir et ce sera fait ». Il ladésigne bras tendu, index pointé, se tient à distance lui ordonne le regarderen face lui interdit de plier L’acteur est en sueur, il tremble encore. Fin dupremier round.

Et c’est à sontour à elle d’envoyer. « …mais tu ne vas pas reculer, tu nevas pas faire quelques pas en arrière…tout cela non tout cela ne va pas sepasser ainsi… ». Son langage est plustrivial, sa colère est à la hauteur de ce qu’elle vient d’encaisser, elle luicrache la rhétorique, lui démonte le discours, l’envoie au tapis, lui remémoreun vol Florence –Paris où elle est folle amoureuse, des souvenirs, elle en a lapelle et ça on ne lui prendra pas. Il peut prendre la gravure au fusain, lachaise brodée, il ne lui prendra pas sa mémoire, son histoire. Elle ne craintpas l’approche, mais jamais ils ne se touchent. Les corps ne se touchent plus,Il l’écoute courbé et finit à genoux.A sec, pas de larmes, pasd’humeurs, des mots qui fusillent plus sûrement que n’importe quelleKalachnikov. L’amour est mort rien ne peut le ranimer.

Clôture de l’amour,c’est aussi une histoire de théâtre. Les deux personnages portent les prénomsdes deux acteurs, Audrey Bonnet et Stanislas Nordey, acteurs incandescentsaussi puissants dans leur écoute que dans leur monologue. Elle est interprète, il est metteur enscène. Ils formaient un couple à la ville comme à la scène, intime/extime.Pascal Rambert l’auteur, metteur en scène et directeur du Théâtre deGennevilliers ne met aucune frontière entre le privé/le public, le dedans le dehors. La vie est théâtre. La scène, dans tous les sens du terme, sepasse dans le lieu de travail (la salle reconstituée de la salle de répétitiondu Théâtre de Gennevilliers).

Entre les deux monologues des enfants viennent lesinterrompre et vont chanter « Peu à peu tu me happes... » Bashung , par un cœur de gamins. Chair de poule,les amoureux se rapprochent pensant comme il est dit dans le texte « que ça ne leur arrivera pas à eux » les autres sortent discrètement un mouchoir. Outre la beauté de l’instant, on reconnaît là encore la manière de Rambert de tenir le théâtre, y associer le public sans démagogie aucune . Cet homme-là n’a pas clôt son amour du théâtre.

Clôture de l’amour jusqu’au 22 octobre

Théâtre de Gennevilliers 01 41 32 26 26

www.theatre2genevilliers.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie