Véronique Klein
Multitâche
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 déc. 2015

Véronique Klein
Multitâche
Abonné·e de Mediapart

Comment le théâtre Daniel Sorano à Toulouse annule un spectacle

La metteur en scène Hélène Mathon présentait au Subsistances à Lyon Sister. C'était le 26 novembre dernier. Sister devait être joué à Toulouse au théâtre Daniel Sorano. Mais la directrice par intérim, Janine Macca a pris la décision d'annuler ces représentations. Etat d'urgence? Cop 21? Et bien pas du tout, Sister est annulé au motif qu'il n'y avait pas de réservations en amont!!

Véronique Klein
Multitâche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Madame Macca inaugure une toute nouvelle manière de diriger un théâtre. Annuler des représentations et honorer le contrat de cession du spectacle . Payer des acteurs pour ne pas jouer! Mais de quoi a donc peur Madame Macca?  Ci-joint la lettre ouverte envoyée par la Cie La Langue Ecarlate à la directrice. A partager sans modération.

Lyon, le 30 novembre 2015

Lettre ouverte à Madame Janine Macca,

Directrice par intérim de la régie des Théâtres Sorano - Jules Julien

Madame la Directrice,

Jeudi 26 Novembre 2015, nous avons créé aux Nouvelles Subsistances, à Lyon,

Sister, le nouveau spectacle de la compagnie La Langue Écarlate.

Ce jour-là, vos services nous ont contactés pour nous informer que vous aviez pris

la décision d'annuler les trois représentations de la pièce programmée une semaine

plus tard, les 3 et 4 décembre 2015 au Théâtre Jules Julien que vous dirigez. Vous

avez argué, pour expliquer votre décision, de l'absence de réservations sur ces

dates.

Malgré l'accord de l'ensemble de notre équipe – prête à réduire sa rémunération –

et malgré l'accord de la compagnie – prête à modifier son organisation à la dernière

minute –, vous n'avez pas non plus souhaité maintenir une de ces trois dates

comme nous vous le proposions. Vous avez préféré confirmer une décision

inacceptable.

En effet, en choisissant d'honorer le contrat qui lie la compagnie à votre structure -

le montant de la cession nous sera versé conformément aux modalités d'annulation

prévues- vous nous proposez, ni plus ni moins, d'être payé et de ne pas jouer.

La situation est inédite.

Vous préférez ainsi dépenser l'argent du contribuable sans contrepartie plutôt que

de remettre en question votre propre fonctionnement. Je me permets en effet de

souligner qu'il est du ressort d’un théâtre de contribuer à remplir sa salle - et de

l'équiper techniquement en cohérence - quand on y prévoit une programmation.

Cela s'appelle assumer ses choix et cela s'anticipe.

D'autre part la salle des Subsistances était pleine durant les quatre représentations

que nous y avons données. Les membres de l'équipe de ce lieu pourraient vous le

confirmer si nécessaire, comme ils pourraient confirmer l'enthousiasme des

spectateurs pour cette proposition.

Dans nos échanges, à aucun moment vous n'avez évoqué le projet artistique dont

vous choisissez de priver le public toulousain. Comme si, ce qui constitue le coeur

de notre mission à tous, nous acteurs culturels, n'était qu'une donnée secondaire.

Je me permets de vous rappeler que le spectacle Sister parle de la maladie

mentale, qu'il s'inscrit dans la logique du projet artistique de la compagnie La

Langue Écarlate : parler des sans-voix, de ceux que le monde n'entend pas.

… / …

Il est difficile de ne pas voir dans votre décision un désintérêt pour ce sujet, pour

les gens touchés par la maladie (1% de la population) et pour leurs familles. Il est

difficile de comprendre pourquoi, malgré nos sollicitations, vous n'avez jamais

engagé ce travail minimum auprès des malades, de leurs familles, de leurs

proches, qui auraient largement rempli votre salle (1% de la population toulousaine

= 4.500 personnes, sans compter les proches, les curieux, les soignants, etc.).

Notre spectacle est prêt à être présenté mais, de votre côté, qu'avez-vous fait

auprès des associations, des jeunes adolescents en difficultés, de leurs familles ?

Pensez-vous qu'une décision aussi peu fondée puisse passer inaperçue ? Que notre

intérêt soit uniquement financier et que la pensée de ces cachets distribués à

l'équipe puisse nous convaincre de taire une décision qui porte la marque d'un

mépris pour le public et les artistes ? Dois-je vous rappeler, Madame la Directrice,

que l'art, comme l'éducation et la santé, ne se pense pas comme une économie

rentable et que l'argent qui vous est confié par les Toulousains doit leur revenir

sous une forme immatérielle qui s'appelle la poésie ?

Nous vous prions, Madame la Directrice, d’agréer l’expression de nos salutations

distinguées.

Hélène Mathon

Pour la compagnie La Langue Écarlate

Copie Mr Francis Grass, Adjoint à la culture, Mairie de Toulouse

Copie à la presse

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin