Christine Renon ne s'est pas suicidée...

Nous avons tous et toutes, avec une grande émotion, lu ses mots... entendu le message qu'elle a voulu nous laisser, la réalité qu'elle voulait dénoncer. Elle ne s'est pas suicidée, elle s'est volontairement sacrifiée comme d'autres s'immolent pour mettre en lumière ce que nous savons tous et toutes, ce que nous expérimentons tous et toutes, au quotidien, nous somme sur un bateau à la dérive...

Christine Renon, de par son geste, de par ses lettres, de par le lieu et le moment qu'elle a choisi, qu'elle a planifié, ne s'est pas suicidée, elle s'est symboliquement immolée, pour être un "phare", elle s'est jetée volontairement sur les hauts-fonds vers lesquels nous naviguons, insouciants pour certains, résignés pour d'autres...

Ce phare nous éclaire tous et toutes, pour nous montrer la dangerosité, le péril réel vers lequel notre barque fonce, sous la gouvernance de quelques capitaines aveugles et fous, attirés par d'autres intérêts que ceux des français.

Ne laissons pas ce phare s'éteindre, ne laissons pas son nom s'éteindre, ne laissons pas notre institution, sur elle, se taire !

3 long jours pleins ont été nécessaire à Jean-Michel Blanquer pour faire ce tweet (une heure pour parler de Chirac) :

sans-titre-13

La directrice de l’école de Pantin s’appelait Christine Renon, puisque notre ministre ne la nomme pas, faisons-le ! Puisqu’il se tait sur ce qu’elle a fait, disons-le ! Puisqu’il cherche, par la voie hiérarchique, à étouffer l’affaire, à plein poumons, crions-le !

Jeudi 3 octobre, que dans toute la France, après la minute de silence que nous ne manquerons pas de faire, ajoutons une minute de corne de brume, symbolique ou réelle. Christine Renon s’est voulu phare mais le brouillard, depuis notre ministère, s’abat, avec des pressions hiérarchique pour récupérer les lettres et des demandes expresses de ne pas en parler, devoir de resserve mis en avant #PasDeVague... Aussi, dans cette brume imposée, pour faire entendre à nos capitaines que nous ne ramerons plus dans cette direction mortifère qu'ils ont décidés, faisons résonner la corne de brume. Se taire et laisser faire, ça suffit, il est temps de reprendre pleinement la barre, nous le devons tous et toutes à Christine Renon.

#JeSuisChristineRenon #JeSuisJeanWillot #JeSuisTousCeuxDontOnIgnoreLeNom

#PlusJamaisÇa

 

Pour que son suicide ne soit pas vain, signez cette pétition.

 

 

Corne de Brume / Ship horn - Custom Kockums SuperTyfon © Bighornshunter

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.