Pourquoi la lutte contre l'industrie du tabac ne fait que commencer!

Un siècle après le développement des cigarettes industrielles "modernes" une écrasante majorité de personnes en France est persuadée que la lutte contre le tabac est déjà gagnée, notamment parce que des progrès indéniables ont été réalisés ces dernières années:

1)Interdiction de la publicité,

2)interdiction de fumer au travail, dans les transports puis dans les lieux publics

3)Augmentation des prix et baisse de la consommation

4)Augmentation de l'espérance de vie, nouveaux traitements des cancers et autres maladies (liste des problèmes de santé engendrés par l'industrie du tabac à lire ici )

 

Mais la réalité (non déformée par le prisme médiatique) nous montre que

1)Le nombre de fumeurs reste à un niveau élevé, de l'ordre de 25-30% de la population. Dans tous les pays émergents( notamment en Afrique et en Asie) la consommation explose (et les maladies qui vont avec: à titre d'exemple, cela fait plus de 10 ans que le tabac tue plus que le SIDA et le Paludisme réunis en Afrique...

2) Aucun parti politique ne plaide pour la lutte contre l'industrie du tabac et l'abolition de cette esclavage chimique.

3) la possibilité d'actions de groupe anti industriels du tabac n'est encore qu'à l'état de projet, et il y a fort à parier qu'il faudra encore longtemps pour que des actions de justice d'envergure puissent être menées en France et à l'échelle européenne.

4)les paquets neutres/ banalisés ne sont là encore qu'à l'état de projet, et une armée de lobbystes de l'industrie relayée par ses dealers officiels s'emploie sans relâche à empêcher sa mise en place.

5) la mortalité liée à la consommation de tabac ne cesse de croître, les dépenses de santé explosent et sont insoutenables économiquement.

6) la nouvelle directive "tabac" de Bruxelles est criminelle par son manque d'ambition et les délais de son application.

7) Absence de politique de prévention pour les jeunes, absence de sanction contre les buralistes qui vendent aux mineurs, absence de moyens pour les associations de lutte contre le tabac.

8) Quasi-absence de travail journalistique d'enquête sur les industriels du tabac (en regard des millions de morts évitables, il y a de quoi s'interroger là aussi : lire" Journalistes, il y a du pain sur la planche!"

9) La plupart des grandes banques et autres fonds de pension continuent d'investir _ avec notre argent_ sur les industriels du tabac (lire ici)

 

 

En clair, des décennies après l'invention de l'outil le plus meutrier de l'histoire de l'humanité, le jour où le permis de tuer sera retiré aux industriels n'est pas encore arrivé.

Interne en médecine comme votre serviteur, étudiant, artisan, ouvrier ou cadre, lecteur de médiapart ou simple visiteur de ce blog, avocat, agriculteur, enseignant, scientifique, commerçant: 

Nous ne pouvons collectivement sortir de cette catastrophe que si un minimum de citoyens se mobilisent dans la bonne direction. Si notre système politique et ses dirigeants ne font rien ou presque c'est qu'ils ne sont pas mis devant leurs responsabilités.

Les dirigeants politiques ont besoin de sentir une pression venant dans le sens de la démocratie et de la santé publique

Plutôt que de maudire en silence les responsables de ce désastre, voici quelques actions possibles: A vous de jouer pour que les millions de vies sacrifiées sur l'autel du profit ne soient plus qu'un mauvais souvenir. Que la lutte contre l'industrie du tabac soit synonyme de lutte pour la démocratie, la liberté et la protection de notre environnement.

Que puis-je faire à mon niveau?

Tout simplement arrêter soi même de fumer, empêcher ses enfants de commencer, encourager son entourage, ses amis à arrêter de fumer!

Ne pas voter pour une personne qui a des conflits d'intérêt avec l'industrie du tabac. Demander publiquement aux candidats d'expliciter leurs propositions sur le sujet.

Ecrire à son député, son sénateur, aux députés européens, aux ministres en charge de ces questions (Santé, Justice, Economie, Environnement, agriculture, etc...)

Faire un travail de recherche sur les documents internes de l'industrie du tabac: les "tobacco documents" et les publier pour partager l'information.

Rédiger des pétitions

Témoigner dans la presse écrite, sur le web ,

Donner un peu de son temps et/ou de son argent à une association de lutte qui lutte contre l'industrie du tabac. Rejoindre ou fonder une association de victimes de l'industrie du tabac, contacter des professionnels du droit pour débuter des démarches juridiques anti industrie du tabac.

Demander à sa banque de ne pas prêter d'argent à une entreprise du tabac, ne pas investir son argent dans des entreprises commercialisant des produits du tabac.

A l'échelle collective: que peut-on faire en France?

La question du tabac doit être remis au centre du débat et doit faire l'objet d'un contrôle démocratique. Les partis politiques doivent se positionner clairement sur ce problème. Si ils ne reçoivent pas d'argent des cigarettiers, qu'ils le disent. Dans le cas contraire et en l'absence de volonté politique, il y a lieu de penser que ce n'est pas le cas. Car comment alors justifier cette inaction depuis des années sur un sujet aussi grave? Voilà de quoi espérons-le alimenter une série de propositions pour agir vraiment! Car jusqu'à présent, on a surtout compté les morts...   L'annonce d'un programme de "sortie du tabac" où l'Etat choisit enfin le camp de l'intérêt général et non la compromission avec l'industrie du tabac. Application des mesures de la convention cadre de l'OMS.
IMMEDIATEMENT:

1)Respect de l'interdiction de vente de tabac aux mineurs Contrôles et sanctions immédiates exemplaires des buralistes qui ne respectent pas la loi (avec arrêt des aides publiques aux buralistes)
2)Augmentation des prix du tabac de 20-50% (y compris pour le tabac à rouler) à répéter tous les 3-6 mois.
3)Adoption du paquet neutre pour mettre à mal le marketing des cigarettiers.
4)Augmentation des contrôles douaniers pour lutter contre l'importation des cigarrettes sur le sol français.
5)Taxation significative sur le chiffre d'affaires en France des cigarettiers
6)Arrêt des subventions publiques pour l'agriculture du tabac.
7)Aide au départ des buralistes et interdiction de toute nouvelle implantation et reprise de bureau de tabac.
8)Ouverture d'une négociation avec les états membres de l'UE pour une lutte européenne contre l'industrie du tabac. Pressions sur les états frontaliers pour qu'ils augmentent leurs taxes sur le tabac.
9)Information par des campagnes de communication sur les enjeux,les objectifs et surtout ne pas discriminer les fumeurs.
10)Elaboration d'une feuille de route avec des objectifs ambitieux et des moyens appropriés:
Objectifs chiffrés de réduction du tabagisme chez les jeunes en particulier, réevalués tous les 3 mois.
•Tolérance zéro envers les buralistes qui ne respectent pas la loi.
•Respect de la loi Evin sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics et l'interdiction de toute forme de publicité y compris sur internet.
•Mise en place de la possibilité d'action de justice de groupe avec plainte contre l'industrie du tabac.
•Reconnaissance juridique et morale du statut de victime du tabac.
•Augmentation des aides à l'arrêt du tabagisme
•Augmentation du bugdet des douanes.
•Augmentation des ressources destinés à la prévention du tabagisme à l'école primaire.

•Interdiction de tous les produits cancérigènes dans la fumée de la cigarette au nom du principe de précaution inscrit dans la constitution française et de la santé publique.


Dès que seuil de prévalence du tabagisme< 15% (contre 30% en 2012) Interdiction pure et simple de la vente de tabac et des produits du tabac ( combustion) en France (et dans l'union européenne)  

Seuls les produits de type " cigarette électronique " seraient autorisés en remplacement exclusif des cigarettes.

 

D'autres pistes peuvent être développées à l'échelon international:

Interdiction pour toute banque, société, entreprise ayant des activités en France de détenir des parts, des actions , des obligations dans toute entreprise commercialisant des produits à base de tabac. Toute activité de crédit pour les industriels du tabac est également interdite. L'Organisme contrôleur est l'AMF qui devra rendre un rapport annuel public sur ce sujet. Les sanctions pour les sociétés qui se livreront à ses activités seront: l'interdiction d'exercer une activité commerciale ou bancaire sur le territoire national et l'impossibilité de recevoir des aides publiques.

Action au niveau de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) Organe de règlement des différents

Proposition: en raison des caractères 1)toxiques et mortel des produits du tabac constituant une atteinte à la vie des individus                                                    2)addictifs des produits faussant la concurrence avec d'autres biens de consommation. Il apparait que les entreprises du tabac nuisent gravement: aux citoyens, aux économies des différents pays   et aux règles élémentaires du marché

Il est donc proposé d'interdire le commerce du tabac dans les pays signataires membres de l'OMC. A défaut les états qui le souhaitent pourront abolir le tabagisme par l'intermédiaire de leurs législations nationales.

 

la Politique Agricole Commune dans l'Union Européenne Les subventions accordées à la culture et à la transformation du tabac doivent être stoppées immédiatement. Même si l'Union Européenne n'est pas une zone majeure de production de tabac, celle-ci doit montrer l'exemple et être cohérente. La seule agriculture qui doit être soutenue est une agriculture écologique, locale et qui fabrique des produits destinés à l'alimentation! Les paysans du tiers-monde sont les premières victimes de l'industrie du tabac.

 

 

PS: la lutte contre une mafia aussi bien organisée que l'industrie du tabac et ses complices a besoin de témoignages de l'intérieur, notamment de ces cadres plus à même d'en connaître les rouages les fins, celles et ceux qui auront le courage de sortir du rang et de l'hypocrisie seront autant de soutiens de poids dans ce combat.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.