kliniswoo
Ingénieur et jardinier
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 oct. 2020

Pourquoi le fascisme va s'imposer

Le fascisme, la haine de tous les autres, ainsi que de toutes leurs libertés, repose essentiellement sur l'ignorance. Or, même si cela paraît contre-intuitif, justement parce que nous avons perdu ce sixième sens essentiel qu'est l'intuition, l'ignorance n'a jamais été aussi profonde et structurelle qu'aujourd'hui.

kliniswoo
Ingénieur et jardinier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un proverbe roumain dit: "Prostul, dacă nu-i fudul, parcă n-ar fi prost destul", ce qui peut se traduire par: "L'idiot n'est pas totalement idiot, s'il n'est pas arrogant". Derrière ce petit proverbe en forme d'insulte, il y a une vérité profonde: l'ignorance, c'est d'abord en ignorer sa part. Ainsi, les niveaux d'études, ou d'éducation, n'empêchent pas d'être un ignorant, à partir du moment où on ne connait pas les limites de notre savoir.

C'est là toute l'ambiguïté du progrès, à la fois technique et social, aussi bien que le péché originel d'un Occident certain de tout savoir. Plus on a permis de répandre la connaissance, plus on a cru en posséder, la quintessence de la caricature étant atteinte avec internet, rempli d'êtres aux opinions fermes et obtuses, sous prétexte d'avoir lu quelques lignes sur chaque sujet.

Certes, c'est arrogant de se poser en juge et d'affirmer la bêtise du monde. D'ailleurs, on ne voit que ça: des gens qui perçoivent leurs semblables comme des idiots, du cadre supérieur qui regarde les gilets jaunes avec mépris, au rural du coin qui pense que l'urbain est un crétin.

Chacun jugeant l'autre comme stupide, la somme logique de tout cela est soit que tout le monde est con, soit que tout le monde raconte des bêtises, ce qui revient peu ou prou à la même chose.

C'est que nous avons perdu, certes, notre intuition, mais surtout un don fondamental: la capacité à observer. Nous ne sommes plus que de passifs zombies, incapables de raisonner par nous mêmes, à la recherche de la petite phrase, du petit trait d'humour qui nous ferait paraître intelligents, mais simples clones de nos références télévisuelles, cinématographiques, ou streamesques. 

Or, l'expérience, donc la sagesse, se forment à partir de l'observation attentive et active de ce qui nous entoure. Les meilleurs livres, ou les meilleurs films, ne sont d'ailleurs qu'un regard porté à partir d'un point de vue différent nous permettant d'appréhender ce que nous n'avons pas personnellement vécu.

La mort de l'observation est venue avec l'idée que l'école nous apporte toutes les réponses, le diplôme tous les droits. C'est aussi la conséquence de la nécessité de l’hyper-spécialisation. Maîtriser un domaine donné prend tellement de temps, qu'il en manque pour s'intéresser au reste du monde. In fine, c'est la société de l'"entertainment" qui achève toute velléité de connaître et de comprendre. Plus de "temps à perdre" à être profondément curieux, puisque nous passons notre temps à zapper entre mille petits plaisirs insignifiants, entre cramer sur une plage en lisant du Musso comme aboutissement d'une année de labeur et regarder des centaines d'heures de séries pour vivre la vie rêvée des autres.

On pourrait croire qu'il s'agit là d'une vision élitiste. Après tout, il faut laisser vivre les gens comme ils l'entendent, non ? Dans ce cas, un chasseur-cueilleur d'il y a dix mille ans est l'élite, ce qui est vrai. Nous nous sommes éloignés de notre nature, pour devenir des robots à produire. Mais produire quoi ?

Noyés dans un monde de raccourcis, nous sortons des expressions comme "ce n'est pas bon pour l'économie", ou "l'école de la République" en ignorant complètement les sens des mots. Nous parlons dans le vide et commentons en permanence tout, faute de trouver quelque chose d'intéressant à faire. Car une fois qu'on a oublié d'observer, on se renferme définitivement dans un petit entre-soi, chacun avec son club de ignorants compatibles.

A tous ceux qui ont encore l'espoir d'un changement de la trajectoire dangereusement prise, j'ai le regret de dire qu'il s'agit là de soucis structurels, impossibles à corriger autrement que par un cataclysme, ou par le temps très long. A court terme, nous sommes condamnés à cette ignorance et l'avènement de ses conséquences, le fascisme en étant une parmi d'autres.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre