kliniswoo
Ingénieur et jardinier
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 août 2020

Les Verts, ces optimistes crétins

Il est de bon ton de taper sur les Verts, mais c'est surtout le fait des conservateurs en panique à l'idée de lâcher leur SUV. Pour ma part j'ai envie de taper sur eux non pas parce qu'ils seraient des ayatollahs, mais bien parce qu'ils ne le sont pas, à quelques exceptions près, servant de vitrine.

kliniswoo
Ingénieur et jardinier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a cinq ans, je roulais avec un Vert du coin qui a pignon sur rue dans la politique locale. Je lui parle d'effondrement et de décroissance. il me parle de croissance verte. C'est exactement ça un Vert, la plupart du temps: un gars qui a plutôt une bonne position sociale, toutes les raisons d'être optimiste par rapport à sa petite vie de rien du tout, une vague idée que quelque chose ne va pas, éventuellement un petit amour pour les balades en forêt, une petite impression que le climat se dégrade, mais aucune idée du cataclysme qui nous guette. Qu'il soit lent ou rapide, ce cataclysme est déjà démarré et, certainement à l'échelle d'une génération, ils nous amènera a minima à une période d'obscurantisme que l'Histoire humaine n'a pas encore connu aussi globalement, au pire à la quasi disparition de l'espèce humaine au bout de quelque générations de plus.

Cela ne m'intéresse pas de débattre de la pertinence de cet énoncé apocalyptique. Les crétins optimistes diront que c'est là monnaie courante que de prédire la fin, alors que ce n'est jamais arrivé. Les crétins optimistes, bien que parfois éduqués, semblent ignorer les lois de la physique. Tout a une fin et il n'est pas plus intelligent de croire qu'elle ne nous concerne pas dans l'immédiat en tant qu'espèce, que de penser le contraire. 

C'est d'ailleurs là tout l'enjeu du combat pour la survie. On n'est plus en situation de discuter arguments scientifiques avec qui que ce soit. Lorsqu'on en arrive à ce que même des gens hyper-éduqués comme des médecins voient des complots partout, comme en ce qui concerne le COVID, on a largement dépassé le stade du bon-sens, soit parce que c'est vrai et donc on est dans un monde de fou, soit parce que c'est faux et on est... dans un monde de fous.

Parler de croissance verte dans un monde de fous est juste une idiotie. En supposant même que cela puisse faire sens (évidemment pour moi cela ne le fait pas), proposer aux gens la même chose qu'avant mais peint en vert, c'est juste idiot et inutile. On va me dire que ça a marché, puisque élections gagnées,... parfois. La vérité est que si les verts pensent avoir imposé leurs idées dans la société, il n'en est rien. Si beaucoup admettent que le climat a changé, par exemple, la réaction de la plupart face au danger est plutôt celle de l'animal qui panique et qui fait des stocks ou qui fait n'importe quoi, qu'une réaction collective pour redresser la barre. L'idéologie qui a réellement vaincu, c'est l'individualisme forcené, l'idée que l'autre est un obstacle, que le conflit s'en vient. C'est donc l'extrême droite qui a vaincu, sans parler du fait qu'elle a même su s'approprier les idées les plus radicales des verts comme la décroissance ou même l'anticapitalisme. Il faut bien se dire que si quelques torchons très à droite continuent de défendre l'ancien monde, les fachos du quotidien sont déjà dans une guerre qu'ils appellent de leur vœux pour renverser le système et s'imposer définitivement comme dominants dans l'appropriation du peu de ressources qu'il restera. De fait, en étant à la fois une des causes et une des conséquences de l'effondrement en cours, ils s'y adaptent de manière bien plus concrète que le Vert de base, qui finalement est perdu dans ses réflexions et passif, faute d'être suffisamment indigné de lui-même pour changer sa propre vie d'abord (et qu'on ne me parle pas des vingt-sept associations dans lesquelles il est bénévole pour expliquer de ne pas faire comme lui).

Voilà donc une vérité sur laquelle je parie: la décroissance aura lieu bientôt de facto, d'abord disparate selon les pays, puis généralisée assez rapidement. Décroissance, cela veut dire enlever dans un premier temps au moins du confort (ce qui ne serait d'ailleurs pas le cas si elle était faite volontairement et de manière ordonnée), et le confort en moins vaudra des troubles sociaux, voir psychologiques, dans une société déjà fortement malade. Les troubles amèneront le chaos, le chaos amènera l'obscurantisme. A noter que tout ça est déjà en cours.

La croissance verte, c'est donc pour les cons. L'écologie qui ménage l'économie, c'est pour les cons, dont Macron et les 1% qui ne seraient pas tant que ça embêtés par un petit chaos généralisé, donc une décroissance de facto qu'ils pensent ne pas s'appliquer à eux, mais qui aurait l'avantage de donner une chance aux plus forts de l'espèce humaine, dont ils se sentent faire partie.

Tant que les Verts n'imaginent pas le chaos d'après, d'après non pas le Covid, mais d'après le bordel qui s'en vient, ils ne seront que les idiots utiles de tous. Tant de petit ou grands tarés existent en les ayants pour souffre-douleur (et ne me pointez pas du doigt)...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B